La vallée d'Ossau :              
                    Culture, et Mémoire.




LOUS ABARQUÈS




   Qu'an jou n'èri pétitot, lou pay-boûn que m'a countat l'istoèra d'ous ABARQUÈS desempush la Reyne Jane dinqu''a la machante guèrra.
   Qu'estou ua gran houlia de coumbàte l'aleman, de coundamnà la joenesse e d'en ha "car à canoûs". Dalhàts per la dalha de la mourt, qu'esten oeytante-nau qui nou sen poudoun tourna's ta case. Qu'en desshàt veudas e ourfalîs dens la misèra. Lou biladge s'ey boeytat de la flou de sa joenèsse. La soule traça qui demourà que son lous noums grabàts sus la péyre döu soubiè.
   Quand j'étais petit, mon grand'père m'a raconté l'histoire des ABARQUÈS depuis le temps de la Reine Jeanne jusqu'à la terrible guerre.
   Ce fut une grande folie d'aller combattre l'allemand, de sacrifier la jeunesse et d'en faire de la "chair à canons". Décimés par la faux de la mort, ils furent quatre-vingt-neuf qui ne purent revenir. Ils ont laissé veuves et orphelins dans la misère. Le village s'est dépouillé de la fleur de sa jeunesse. Seuls demeurent gravés leurs noms glorieux sur la pierre du souvenirbulMonument.
   Lous qui s'en soun pouduts birà's, soun tournats descatabàts: lous us gazàts, lous autes estroupiàts.Touts sourtits de l'inher qu'en goardàt la pöu au bente, aquera pöu qui embruma lou cap per la bite y que poussa à la houlie. Noeyt e dia qu'en counegut l'inher dap lou soûn courtèdge de soufrença y de malurs: la gran calou l'estiu, lou bén y la gelada l'ibèr, la hanga a cada plouja qui pega à la pètch, lou canoû, la mitralha qui estourdéch lou cap e entertièn la pöu.      Ceux qui ont pu en réchapper sont rentrés atrophiés: les uns gazés les autres estropiés. Tous revenus de l'enfer, ont gardé la peur au ventre, cette peur qui envahit la tête pour le restant de ses jours et qui pousse à la folie. Jour et nuit ils ont connu l'enfer avec son cortège de souffrances et de malheurs : la canicule l'été, le vent et la gelée l'hiver, la boue à chaque pluie qui imprègne la peau, la canonnade, la mitraille qui vous étourdit et qui entretient la peur.
   Abàns u tan gran malur t'a touts, la bite au biladge qu'ère tranquila, ritmada per lous us e coutumas. Abàns lou tems de la reyne Jane, lou biladge qu'ère mestrejàt per las maysous casalères. Apush, las autes maysous dap u casaù qu'es soun arrecatadas las uas a las autes Laruns que coumptà de Gètre dinqu'a Espalungue e lou glère de Poun las carrèras döu Bourguét, döu Bielè e lous dus Bourg-naus a l'intour de la gleyse e döu cemitère. A l'arroun que j'abè lou coumunàu enta ha pèche lou bestià.
   Aquiu lous paysas eran en majouritat e que hasen la ley respectada per touts.Tout qu'ère ourdounàt t'a poude bîbe en patz. L'eyrretè, gran segnou qu'ère meste a lou. De junh a sen miqueù u'anaba mountagnà sus l'estiba e la cabana qui era lou.Tout lou resta dôu tems l'aulhè trasumàbo dap las aulhas per Pount-Loung, lou Gers ou lou Bourdalès.
B'èra douça l'existénsia chéns que chourra la mouneda !
     Avant un si grand malheur, la vie au village était paisible, rythmée par les us et coutumes. Avant le temps de la, «Reine Jeanne» le village était dirigé par les maisons «casalères». Ensuite d'autres maisons avec jardin se sont regroupées les unes aux autres. Laruns était composée alors de Geteu bul jusqu'à Espalungue et le «gléré» de Pon,bul des rues du Bourguet, du Bialé et des deux Bourg-neufs autour de l'église et du cimetière. Partout ailleurs c'était le terrain communal pour faire paître le bétail.
-
   Là, le paysan était majoritaire, il faisait la loi respectée de tous. Tout était organisé pour vivre en paix. L'héritier, grand seigneur, était maître chez–lui. De juin à la saint Michel, il montait aux estives sur son propre domaine et dans sa cabane.bul Tout le reste du temps le berger transhumait avec ses brebis sur le Pont-Long,bul le Gers ou le Bordelais.
Bien que l'argent ait pu être rare, la vie était heureuse.
   Mes tard que biengou lou tems de la matura. Hore-bienguts soun arribats. Qu'èren buscasses. U teyt e u tros de casaù qu'ère la lou riquessa aù ras dôu prat dôu rey. Laruns que s'agrandi dap lou quarrat dôu Port, Barthèque e las duas carreretas de Versailles e Plasença. Be cale aber umour enta batia aquets locs de praubè.
-
     Plus tard est venu le temps de la mature. Des étrangers sont arrivés. Ils étaient bûcherons. A proximité du «champ du roi» un toit et un bout de jardin fut leur seule richesse. Laruns s'est agrandie par le carré du Port, Barthèque bul et les deux ruelles de Versailles et de Plaisance. Il fallut beaucoup d'humour pour baptiser ainsi ces lieux de misère.
   La "matura" fenida que calou poude bîbé . B'èra magre la bioque entàus bouscasssès, carboès, journaliès, bracounayres. Lountems que soun demourats lous pariats, u drin coum lou cagots, lous maù-baduts tienguts a distència.      La "mature" terminée, il a fallu vivre. Que la pitance était maigre pour les bûcherons, les charbonniers, les journaliers, les braconniers.   Longtemps ils sont restés les pariats assimilés aux cagots, les mal-nés tenus à distance.
   Que cau coumprene la fiertat dôus founciers e pla-baduts. N'eran pas de la mediche raça. Las frequentacius qu'èran distànciadas enter èyts. Lous plasers qu'èran entàus paysâs. De mey de las hèstas religiousas que hestejàban en cada oucasioûs, en famille e dap quauques besîs qui s'ayudabant t'a: la battera, l'esperouquera, la coujera, lou pele-porc.
   A Nouste-Dame qu'ey l'oucasioû de pourta dap fiertat lou coustume d'aussàu e lou rouy capulet. Ban dansa au ritme dôu tambouri e dap arrenilhets canda dinqu'a douma.

   Tout aco n'èra pas tous pelats de Barthèque: nat bestià, nada tèrra e nat plasé enter besîs. Qu'èra la carrera de chire- péus tabe batiada de matachot.
    Lou ser, hart de fatigue, lou bente boeyt, lou pay qu'èra demouràt per la hemne e lous maynats. Lou soul plaser, acloucats aù pè de la chemineje, que countaban istoèras tournadas dises e que cantaban dincoû darrè tisou ahumàt.
     Il faut comprendre la fierté des possédants et des bien-nés. Ils n'étaient pas de la même race. Entre eux les fréquentations étaient distantes. Les plaisirs étaient pour les paysans. En plus des fêtes religieuses ils festoyaient à chaque occasion en famille et avec quelques voisins qui venaient aider au battage, à l'égrainage, à la tonte, au pêle-porc.
   Le 15 Août, était l'occasion de porter fièrement le costume d'ossau et le capulet rouge. bul Au rythme du tambourin, ils dansaient et avec des «arrenilhets» ils chantaient jusqu'à demain.
   Tout cela n'était pas pour les pelés de Barthèque: pas le moindre bétail, nulle terre, aucun plaisir à partager entre voisins. C'était la rue des crêpe-chignons baptisée aussi la rue des «matachots».
   Le soir fourbu de fatigue, le ventre creux, le père était attendu par la femme et les enfants. Leur seul plaisir, agglutinés sous la cheminée, ils racontaient des histoires dites et redites et ils chantonnaient jusqu'à l'extinction de la flamme.
   Irounia dôu sort qu'ey aci, tout au soum de Barthèque que la hada de l'electricitàt apparescù en permèr. La permèra espurna petà dens l'oustau aperàt la maysou de l'electricitàt. Descounegut de touts, aquet noum pourtur de prougrès e de riquessa anaba transfourma lou mounde. En seguint, la balea a counegut u tems de prousperitat.
-
   En eféyt, ûn cop que sié la guèrre fenida, viengou la coumpangnie dôu mieydie enta tirà richessa dap la force de l'ayga. Dinca dare l'ayga n'èra utilisada que t'a ha bira moulis.
   Traucà la moutangne e embarrà lous gabes estè u tribalh de gigants. Qu'a calut u hech de mounde. Bienguts de toutes parts, tres-mile omis soun arribats, atiràts per autàn de tribalh. La coumpangnie côus loudjà. Droumiders de taula qu'es seguiban lou loung de l'arriùssè.
Quauques us esten inoundàts per l'aygat de 1928.
     Ironie du sort, c'est ici, en haut de Barthèque qu'est apparue la fée électricité.bul La première étincelle a éclaté dans la maison dite de l'électricité. Méconnu de tous ce nom porteur de progrès et de richesses allait transformer le monde. Par la suite, la vallée a connu un temps de prospérité.

   En effet, dès la guerre finie, arriva la Compagnie du Midi pour exploiter les richesses de l'hydro-électricité. Jusqu'à ce moment-là l'eau n'avait été utilisée que pour faire tourner les moulins.
   Percer la montagne et barrer les gaves fut un travail de titans. Il fallut beaucoup de monde. De partout sont venus trois mille hommes attirés par cette manne de travail. La Compagnie les logea.
   Des dortoirs en planches bul se sont succédés le long de l'arriùssé. Certains furent noyés lors de l'inondation de 1928.bul
   A Laruns qu'este ua revoulucioû de las coutumas. La tranquilitat devancère qu'este cap-virada per ua agitacioû nabèra. Qu'en bist espeli a Laruns de nabèts coumerces, cafès, endrets de perdiciôu, nabèras cansous, dansas e jocs.
   Aù heràu, lous bàscous n'an pas mancat de basti u frountou.
   Qui soun lous qui s'soun embarcàts sus l'andada dôu prougrès ? Nou caou pas cercà. Que soun, lous de Barthèque, lous ahamiats. Ua hoelha de paga anaba cade en fi de més. Fenida la hami t'a touts.
   La casta dôus paysas qu'es mantengù lountems hore de tout aco. Finalament, lous fouciès n'en pas participat a ço qui anaba esta lou nabèt Laruns.
     Laruns connut une révolution dans ses habitudes. La tranquilité ancestrale en fut tourneboulée par une nouvelle agitation. On vit apparaître à Laruns de nouveaux commerces, des cafés, des lieux de débauche, de nouvelles chansons, des danses et des jeux.
   Au foirail les basques ont construit le fronton.bul
   Qui donc s'est impliqué dans l'avanture du progrés ? Il ne faut pas chercher. Ce furent les habitants de Barthèque, les affamés. Une feuille de paie allait tomber chaque mois. Finie la faim pour tous.
   La caste des paysans s'est maintenue longtemps loin de tout cela. Finalement, les possédants n'ont pas participé à ce qui deviendrait le nouveau Laruns.
   Oey en dia qui so qui demoura de tout aco ? Si lous grans tribalhs soun fenits, las tournas de las espleytadas de l'ayga seguechen t'a touts. Entàu paysà tout soulet ou chic aydat que s'abou d'adapta's. La mecanica este la soulucioû. Las culturas d'aute-cop que s'estanguèn: lou blat, lou milhoc, lou roumen, las poumas de tèrre e tout en seguin... Parti t'a transuma per bach, n'ou s' hè pas més. Lou neuridou hè lou roumàdge e coù se ven.      Aujourd'hui que reste t-il de tout cela ? Si les grands travaux sont achevés, les retombées bénéfiques de l'exploitation de l'eau continuent de pleuvoir. Le paysan seul ou peu aidé a dû s'adapter. La mécanisation a été la solution. Les cultures vivrières d'autrefois ont été abandonnées: le blé, le maîs, le froment, les pommes de terre, etc... Partir transhumer vers la plaine n'est plus nécessaire. L'éleveur fabrique son fromage et le vend.
   Ço qui ey nabèt, qu'ey l'arribada crechende de hore-bienguts. Aquet moude demanda e cerca tout ço qui a pergut a lou. Q'es vièn ressourça aci en nouste balea dap lou so mode de bite de patz. Ço qui ayma lou mey qu'ey la frequentacioû de las estibas, la patz d'ou bosc, l'ayga lada dôus lacs, lou pas lent dôu troupét, la passejada dôu petit trin. Que hen drin de moutangne aù ras de l'Espagne e per lou parc naciounal. L'ivèr l'esquis ey ua passioû qui hè bira toute la balea.      La nouveauté c'est l'arrivée croissante des touristes. Ils demandent et cherchent tout ce qu'ils ont perdu chez–eux. Ils viennent se ressourcer ici, dans notre vallée au mode de vie paisible. Ce qu'ils apprécient le plus, c'est la fréquentation des estives, la quiétude des forêts, l'eau calme des lacs, le pas lent du troupeau, la promenade au petit trainbul. ILs parcourent la montagne à proximité de l'Espagne, et dans le parc national. L'hiver le ski est une passion qui active la vallée.
   En despieyt de toute aquere agitacioû la moutagne qu'ey demourada so qui ey toustem estada. Lous biladges n'en pas cambiat. Que si parla encoère biarnès.. Que poudem bene « l'autenticitat » perguda per el valle de Tena.
Qu'ey dilhèu tout, mes qu'ey hère !
     En dépit de toute cette agitation la montagne est restée elle-même. Les villages n'ont pas changé. On parle encore béarnais.
   Nous pouvons vendre « l'authentique » perdu par la vallée de Tena.
   C'est sans doute peu, mais c'est beaucoup.


Page d'accueil  |  La vallée d'Ossau  |  Plan du site  |  Préparer votre séjour
Chants d'Ossau  |  Danses d'Ossau  |  Littérature  |  Gastronomie  |  En savoir plus...


    www.ossau.org