La vallée d'Ossau :              
                 Culture et Mémoire



A LLÉGRIE, ALLÉGRIE

Allegrie, allegrie (bis)
Allegrie Diu nous dou. (bis)

Diu mantiengue aqueste taule
Meste, daune de la maysou.

Y tabe las cousinères
Qui n'se hèn de bou boulhou.

Eths qui'ns hèn la boune chère
E nous auts que'us hèm l'aunou.

Enter Bruges i Couarase
E lou bourdalat d'Assou.

Trente en soun de camarades
Touts soun pentinèus minhous.

Que se'n ban sega ta Spanhe
Tau reiaume d'Aragoun.

Qu'an passat Bièle i Bilhères
I las planes deu Benou

Òi lou porrt de Marie Blanque
I lou bosc deu Baresco.

Òi lou poundet de Sarrançe
I las planes de Bedous.

Qouan esten a Peiranère
Aquiu pausen lous dragouns.

Noueit e die que'n tribalhan
E d'argen, ja'n ganhan prou.

Qouan aboun prou de mounède :
Coumpanhous, retirem nous.

Retirem nous entà case,
Entà las noutes maisous.

Las hemnetes qu'abem grosses
I lous mainats petitous.

Allégrie, allégrie
Allégresse Dieu nous donne.

Que Dieu maintienne cette table
Et le maître de la maison.

Et aussi les cuisinières
Qui nous font du bon bouillon.

Eux nous font la bonne chère
Et nous autres nous leur faisons l'honneur.

Entre Bruges et Coarraze
Et le hameau d'Asson.

Trente son des camarades
Tous sont des lascars mignons.

Ils s'en vont moissonner en Espagne
Au royaume d'Aragon.

Ils ont passé Bielle et Bilhères
Et les plaines du Bénou.

Et le col de Marie Blanque
Et la bois du Barescou.

Et le petit pon de Sarrance
Et les plaines de Bedous.

Quand ils furent à Peyranère,
Là posèrent leurs faux.

Nuit et jour ils travaillent,
Et d'argent, oui en gagnèrent assez.

Quand ils eurent assez gagné,
Compagnons, retirons-nous.

Retirons-nous chez nous
Dans nos maisons.

Nos petites femmes sont grosses
Et les enfants tout petits.