La vallée d'Ossau :              
                 Culture et Mémoire


A PROCHATZ-VE JOENESSA
   

Aprochatz-ve, joenessa,
Ça-vietz tots escotar
Ua cançon navèra
Qui's vien de composar.
Qu'ei estada composada
Ta dus joens aimadors
Qui a travers era montanha
Cercavan sas amors.

A fòrça eths de côrrer
Cadon suu cujalar;
Non sabèn quin s'i préner
Entà caler entrar.
Mes eths pastors en mefiança
Ja's trobèn desvelhats;
Ath pè doras malhadas
Ja los n'an arrestats.

« Aprochatz-ve, joens òmis,
Si'vs voletz presentar ;
Aci qu'avetz eths òmis
Qui vos van rensenhar.
(E)r' aulheta pèth gageta
Qui vos autis cercatz,
En eths prats dera ribèra
Aquiu la trobaratz.

- En eths prats dera ribèra
Non podem pas baishar:
Lo dia se n'aprocha,
Nse'n cau bethlèu tornar.
Eth de qui a hèit canta
Ja de un joen pastor,
En som d'ua montanha
En guardant eths motons.

Approchez-vous, jeunesse,
Venez tous écouter
Une chanson nouvelle
Qui vient d'être composée.
Elle a été composée
Pour deux jeunes amoureux
Qui à travers la montagne
Cherchaient leurs amours.

À force de courir
Ils tombèrent sur la cabane de berger;
Ils ne savaient comment s'y prendre
Pour y entrer.
Mais les bergers méfiants
Se trouvèrent réveillés;
Au pied des sommets
Ils les ont arrêtés.

Approchez-vous, jeunes gens,
Si vous voulez vous présenter;
Ici vous avez les hommes
Qui vont vous renseigner.
La brebis à la peau tachetée
Que vous autres cherchez
Dans les prés de la plaine
Là vous la trouverez.

- Dans les prés de la plaine
Nous ne pouvons pas descendre:
Le jour approche,
Il nous faut vite retourner.
Celui qui a fait la chanson
Est un jeune berger,
En haut d'une montagne
En gardant les moutons.