La vallée d'Ossau :              
                 Culture et Mémoire




AÜ BET SOUM DEU BIALÉ

Aü bèt soum deü Bialé,
Qué toucat à bosté drette
Lou can d’ûe boutiguette,
Dab soun doublé pourtalè.
Aquiü qué hè cantounade,
Mey l’halét ensafranade,
Dé quaüqué flou dé maynade
Qu’en sourtibe, dé fayçou
Qué deü can dé soun alette
L’Amou, coum bère aürounglette
Qué frisabe la maysou.

La mà plée dé bouquets,
Aquiü, deban cent persounes,
Qué hasè cent capihounes,
Cent et cent arricouquets.
Qué passabe, repassabe,
D’û cop d’ouelh qué la hissabe,
Raz dé terre qué glissabe
Pl‘a soubén ; et dé fayçou, etc.

Soubén qu'eü disè tout dous :
Moun Diü ! b’ès chic amistouse !
Sies aümén pietatouse
Per û dé tan d’aymadous.
Acy qu’eüs bey per bintenes,
Tout cargats dé tas cadenes ;
Aümén tire’n û dé penes,
Si disebe : dé fayçou, etc.

Cade cop, aü countrebén,
Aü bout dé quaüqué guirlande,
Qu’eü suspenè quaüqué oüffrande
Qu’ere lechabe en penén.
Enfin, qué y lèche ûe arrame,
Coum dé frut à Nousté-Dame,
Cargade dé côs en flamme
Plà, plà bibe. Dé fayçou, etc.

Lou frut d'aquét arboulét
D'abord qué plats à la bère :
Et leü, dé sa mà leüyère,
Qu’en destaque û ramelét,
Et près dé soun cô qué plante
Aquét rameü qui l'encante.
L’Amou qu’at bet et qué cante
Grand mercés ! Et dé fayçou
Qué deü can dé soun alette
L’Amou, coum bère aürounglette,
Qué frisabe la maysou.

Au sommet du Bialé (t),
Vous touchez à votre droite
L'angle d'une boutique,
Avec sa double entrée.
Là elle fait cantonnade,
Mais le parfum embaume
De quelque fleur de jeune fille
En sortait, de façon
Que du bout de son aîle
L'Amour, comme une hirondelle,
Rasait la maison.

La main pleine de bouquets,
La, devant cent personnes,
Il fesait cent plongeons,
Cent et cent détours.
Il passait, repassait,
D'un coup-d'oeil il la piquait,
Raz de terre il glissait
Bien souvent ; de façon, etc.

Souvent il lui disait tout bas :
Mon Dieu ! que tu es peu aimante !
Aie au moins quelque pitié
Pour un de tant d'amoureux.
Ici je les vois par vingtaines,
Tout chargés de tes chaînes ;
Au moins tires-en un de peine,
Disait-il : de façon, etc.

Chaque fois, au volet,
Au bout de quelque guirlande,
Il attachait quelqu'offrande
Qu'elle laissait suspendue.
Enfin, il y laisse une branche,
Comme un vœu à Notre-Dame,
Chargée de cœurs en flamme
Bien, bien vive. De façon, etc.

Le fruit de cet arbrisseau
D'abord plalt à la belle :
Et vite, de sa main légère,
Elle en détache une tige ;
Et près de son cœur elle plante
Ce rameau qui l'enchante.
L'Amour le voit et chante
Grand merci ! De façon
Que du bout de son aîle
L'Amour, comme une hirondelle,
Rasait la maison.


X NAVARROT

Page d'accueil  |  La vallée d'Ossau  |  Plan du site  |  Préparer votre séjour
Chants d'Ossau  |  Danses d'Ossau  |  Littérature  |  Gastronomie  |  En savoir plus...


    www.ossau.org