La vallée d'Ossau :              
                 Culture et Mémoire


A U MOUNDE NON I A NAT PASTOU

Au mounde nou i nat pastou (bis)
Tan malurous coum jou   (bis)
Jamey arres n'at credére
Jou nou counechi nad plasé
Despuch lou malur ey entrat
Dehens lou mé cledat.

Lou cèu be's ère diberti   (bis)
A da'm estat flourit (bis)
Au miey de ma prouspéritat
Ue anhère abi dens moun clédat
L'array deu sou que's escoune
Quoan ère parechè.

Nou mancabi d'or ni d'argen (bis)
B'èri dounc jou counten (bis)
L'anhèrete deu sou coustat
Que m'aymabe Diu deu mé hat
Touts mouns plases et mas gauyous
Cambiats soun en doulous.

La qui dessus lou mount Ida (bis)
La poume renpourta (bis)
N'abou jamey tan d'esplendou
Ni ta bèt port ni tan d'auyou
Jalous qu'ere lou Diu d'amou
D'aquère bère flou.

Quoan jougabi deu flajoulet (bis)
Hasè l'arricouquet (bis)
Au miey deu troupet l'air gauyou
Que coumbinabe las amous
E cen cops qu'ère repetat
L'air qui l'abi jougat.

Per ço qui ère deus auts pastous (bis)
Diu b'eren eths jalous (bis)
En baganaut la tarridan
Jamey arré que nou ganhan
Ere n'escoutabe nad sou
Que lou deu mé clarou.

Atau pergude que s'en ey (bis)
Moun Diu b'ey lou gran gouey (bis)
Despuch l'anhère s'em mouri
Jamey jou n'ey poudut droumi
Despuch ença soy demourat
Coum u dissenciat.

Au monde il n'y a aucun berger
Aussi malheureux que moi
Jamais personne ne le croirait
Je ne connais aucun plaisir
Depuis que le malheur est entré
Dans mon parc.

Le ciel c'était diverti
A me donner un état fleuri
En pleine prospérité
J'avais une agnelette dans mon parc
Les rayons du soleil se cachaient
Quand elle paraissait.

Je ne manquais ni d'or ni d'argent
Que j'étais donc content
L'agnelette de son côté
M'aimait ; Dieu, quel est mon sort
Tous mes plaisirs et mes joies
Sont changés en douleurs.

Celle qui sur le mont Ida
Remporta la pomme
N'eut jamais autant de splendeur
Ni si beau port ni tant de rayonnement
Jaloux était le Dieu d'amour
De cette belle fleur.

Quand je jouais du flageolet
Elle faisait des cabrioles
Au milieu du troupeau, l'air joyeux
Elle conviait  les amours
Et cent fois était répété
L'air que je lui avais joué.

Quand aux autres bergers
Dieu qu'ils étaient jaloux
Vainement ils la taquinèrent
Jamais rien ils n'obtinrent
Elle n'écoutait aucun autre son
Que celui de mon hautbois.

Ainsi je l'ai perdue
Mon Dieu quel grand malheur
Depuis que l'agnelette est morte
Jamais je n'ai pu dormir
Depuis lors je suis resté
Comme un insensé.


DESPOURRINS
Chanté par le groupe A Hourcade
Doumecq-Orteig MC - Esquerra M - Fourcade A - Hourcade C - Laure L - Peyre-Lavigne AM / Bergès R - Cauhapé B
Hourcade A - Médou R - Ort J - Ort S - Lavigne M - Peyrusqué D - Soubirou P


Page d'accueil  |  La vallée d'Ossau  |  Plan du site  |  Préparer votre séjour
Chants d'Ossau  |  Danses d'Ossau  |  Littérature  |  Gastronomie  |  En savoir plus...


    www.ossau.org