La vallée d'Ossau :              
                 Culture et Mémoire


A U PLATEU DEU BENOU

Au platèu deu Bénou  (bis)
Anne pastourejabe  (bis)
Dab dus ou très pastous
Goardabe souns moutous
Deu mati dincau se
Prene lou gran plase.

Lou mes beth lou mes gran (bis)
Souben la courtisabe (bis)
Au soum deu tucoulet
Que’n hasen u bouquet
Tout en lou dan las flous
Qu’au prenè dus poutous.

Ere troubabe dous (bis)
Aqueth pastou aymable (bis)
Aqueths poutous brulents
Penetraben souns sens
Soun amne ni soun cô
Nou’s fachaben d’aquo.

Quoan l’abor arriba
Au cadut de la hoelhe
Las flous e lous poutous
N’esten plus autan dous
Quoan eth debou parti
Qu’este lou gran chegri.

Quoan este a Bourdeü
Trouba ue bourdalese
Cargade de diamans
E tabé de galans
Aquo n’empeisha pas
D’arranja lous ahars.

Dab ere que mia
Ue nabère bite
Despène soun argent
Ta coum hè la gran gent
Quoan l’abou tout pergut
Qu’esté recounegut.

Au soun deu turounet
Annete que plourabe
Que s’en abe embiat
Las flous e las beutats
E lou bouquet fletrit
Despuch qui ère partit.

Quoan eth tourna t’Aussau
N’abes mes nades aulhetes
Las abès per Bourdeü
Quoan pourtabe chapèu
Col dret e palete
A la potche nat sos.

Quoan eth boulou tourna
T'auprès de soun Annète
En moussu habilat
Mes l'habit plà raspat
Au soum deu turounet
N'abè mes nat bouquet.

Au plateau du Bénou
Anne gardait le troupeau.
Avec deux ou trois bergers
Elle gardait ses moutons.
Du matin jusqu'au soir
Elle prenait le grand plaisir.

Le plus beau, le plus grand
Souvent la courtisait.
En haut du Tucoulet
Ils faisaient un bouquet.
Tout en lui donnant les fleurs
Il lui prenait deux baisers.

Elle trouvait doux
Ce berger aimable
Ces baisers brûlants
Pénétraient ses sens.
Dans son âme et son cœur
Cela ne la fâchait pas.

Quand l'automne arriva
A la chute des feuilles,
Les fleurs et les baisers
Ne furent plus aussi doux
Quand il dut partir
Ce fut le grand chagrin.

Quand il fut à Bordeaux,
Il trouva une Bordelaise
Chargée de diamants
Et aussi de galants.
Cela n'empêche pas
D'arranger les affaires.

Avec elle il mena
Une nouvelle vie.
Dépensait son argent
Comme font les grands.
Quand il l'eut tout perdu
Il fut reconnu.

En haut du Tucoulet
Annette pleurait.
Elle s'était débarrassé
Des fleurs et des beautés
Et du bouquet flétri
Depuis qu'il était parti.

Quand il revint en Ossau
Il n'avait plus aucune brebis ;
Il les avaient par Bordeaux
Du temps où il portait chapeau,
Col droit et veste,
A la poche aucun sou.

Quand il voulut revenir
Auprès de son Annette,
En monsieur habillé
Mais l'habit bien râpé,
En haut du Tucoulet
Il n'y avait plus aucun bouquet.


Chanté par le groupe A Hourcade
Doumecq-Orteig MC - Esquerra M - Fourcade A - Hourcade C - Laure L - Peyre-Lavigne AM / Bergès R - Cauhapé B
Hourcade A - Médou R - Ort J - Ort S - Lavigne M - Peyrusqué D - Soubirou P


Page d'accueil  |  La vallée d'Ossau  |  Plan du site  |  Préparer votre séjour
Chants d'Ossau  |  Danses d'Ossau  |  Littérature  |  Gastronomie  |  En savoir plus...


    www.ossau.org