La vallée d'Ossau :              
                 Culture et Mémoire


B A LOUNGTEMS A JOUENESSE
   

Ba loungtems a jouenesse
Que nou s'y a heyt cansou
Nou bédem que tristesses
E grans désoulatious
Lou primtems qu'ey ta lègre
Nou m'en empechat
Malgrè tan de tristesse
Jou tournarey canda.

Qui'n plasé ta agradable
D'entene lous ausèts
Canta la maytinade
Quauques abis nabets
Se'n ban brangue per brangue
Dap lurs ayres touts jouyous
Que semble que coumplesen
L'amou deus jouens garsous.

Las flous e lous parterres
Qué hen espia de près
Tabé las immourteles
Briuletes e bialès
Las très que representen
Las quouaté coulous
Tau hen las jouenes filhes
Quoan soun dab lurs amous.

A bous autis p' abertéchi
Lou qui hets de jouens amans
Nou'p maridets gouayré
Abans d'abé trente ans.
La qui joen se marida
Sons plasers s'a jogat !
Qu'at èi entenut dfser.
Que crei que sia vertat

La perte d'ue filhe
Nou t deu pas afliya
Que'n troubarats lou d'audes
Si las boulet ayma
Ayma las dap tendresse
A dap haunestetat
Que pouderats chens crainte
Prené la qui boulhats.

Qu'il y a longtemps jeunesse
Qu'on n'a pas fait de chansons!
Nous ne voyons que tristesse
Et grande désolation.
Le printemps est si gai
Je ne peux m'empêcher
Malgré tant de tristesse
Je rechanterai.

Quel plaisir si agréable
D'entendre les oiseaux
Chanter la matinée
Quelques airs nouveaux !
Ils s'en vont de branche en branche,
Avec leurs airs tout joyeux.
Ils semblent complaire
L'amour des jeunes garçons.

Les fleurs et les parterres
Se font regarder de près,
Aussi les edelweiss,
Les violettes et les violiers.
Les trois représentent
Les quatre couleurs
Comme le font les jeunes filles
Quand elles sont avec leurs amours.

Vous autres, je vous avertis,
Vous qui êtes de jeunes amants,
Ne vous mariez guère
Avant d'avoir trente ans.
Celui qui se marie jeune
Ses plaisirs a joués !
Je l'ai entendu dire
Je crois que c'est vrai.

La perte d'une fille
Ne doit pas vous affliger.
Vous en trouverez bien d'autres
Si vous voulez les aimer.
Aimez-les avec tendresse
Et avec honnêteté.
Vous pourrez sans crainte
Prendre celle que vous voudrez