La vallée d'Ossau :              
                 Culture et Mémoire


B ÈTCH JOUEN PASTOU

Bètch jouen pastou, bies rabi ma mestresse
N'at haras, nou, que y ba de l'aunou
Trop lountems a, countat sus ma feblesse.
Pla t'es trounmpat,
Bas estat refusat.

Jou bé't prebié, que penden toun absence
Adretomen parlarey aus parens
Eyts que'm daran sus tu la preference
Nou jamés plus nou
N'auras que réfus.

Que'u croumbarey, ue crouts d'aur en cadene
De beyts ribans, u anetch en diaman
E tout aco qu'aumentara ta péne
Lou to malur
Hara lou me bounur.

Tu be seras en aqueste bégade
Hort malurous en la to affectiou
Que plouraras tout die la créade
Doun la beutat
A attegn deu sou l'esclat.

Labets, pastous de toute las countrade
Qu'enteneras l'echo deu coustalats
Que diseran la triste destinade
B'ey malurous
Lou qui perd sas amous !

Jeune et beau berger, tu viens de ravir ma maîtresse
Tu ne le feras pas, non, il y va de l'honneur.
Trop longtemps tu as compté sur ma faiblesse,
Tu t'es bien trompé
Tu as été refusé.

Moi je te préviens que pendant ton absence
Adroitement, je parlerai à ses parents.
Eux me donneront sur toi la préférence,
Non jamais plus,
Tu n'auras que des refus.

Je lui achèterai une croix en or en chaine
De beaux rubans, un anneau en diamant,
Et tout cela augmentera ta peine
Ton malheur
Fera mon bonheur

Tu seras en cette circonstance
Fort malheureux dans ton affection.
Tu pleureras tous les jours la créature
Dont la beauté
Atteint l'éclat du soleil.

Alors, pasteurs, de toute la contrée
Vous entendez l'écho des coteaux.
Ils diront la triste destinée
Qu'il est malheureux
Celui qui perd ses amours !