La vallée d'Ossau :              
                 Culture et Mémoire



C HARMANTE BRUNE MAS AMOUS

Charmante brune, mas amous
 Aûs despartit soun las doulous
 Nous bé toucam a la journade
 Qui tout are ens deu sépara
A douma sera la brespade
Qui lou boste amic partira.

Bey inutile de ploura
Qu'auta poc nou pouch demoura
Nous forman ue bande joyouse
Qui nous bam per lou rey serbi,
N'eu manquera tà esta hurouse
Que drin de boste soubénir.

En arriban au batalhou
Nous aniram en garnisou
Forts, e castets, e citadelles
Bile de maà nous guarderam
E noubelles, b'aurat noubelles
Ta'p ha sabé quin se pourtam.

Tambouris, troumpetes et claris
Endénéram sés e matis
Droumi la haute matinade
De bou paà blanc de muniçiou
Brunete ben séret bésiade
Si'p en boulet biéne dap jou.

Si l'ennemic, poc abisat
Ta s'attaqua ey prou gausat
b'abem boulets, boumbes, grénades
Poudre, mourtiés, de bous canous
Nou cragni pas mas destinade
En coumbatem, bère, per bous.

Adichat brune, lou mé sou
Drin d'amistat guardat per jou
Jou'b proubarey, per ma counduite
Ma coustence e fidélitat
Qué n'auret troubat dens la bite
Arrés qui'p aje mey aymat.

Siam's units éternelemen
E malgré nouste esloinhemen,
Nou roumpian jame las cadénes
Que lou amous nous an fourmat
Meyleu mouri de mile pènes
Si deu sort ey la boulountat.

Charmante brune, mes amours,
Aux départs sont les douleurs.
Nous approchons du jour
Qui bientôt doit nous séparer.
Demain sera l'après-midi
Où votre ami partira.

Il est inutile de pleurer
Quand, non plus, je ne peux rester.
Nous formons une bande joyeuse,
Qui s'en va servir le roi.
ne lui manquera pour être heureuse
Qu'un peu de votre souvenir.

En arrivant au bataillon
Nous nous en irons en garnison.
Forts, châteaux et citadelles
Ports de mer nous garderons.
Et des nouvelles, vous aurez des nouvelles,
Pour vous faire savoir comment nous nous portons.

Tambours, trompettes et clairons
Nous entendrons soirs et matins.
Faire la grasse matinée,
Du bon pain blanc de marmiton
Brunette, que vous seriez gâtée
Si vous vouliez venir avec moi.

Si l'ennemi peu avisé
Pour nous attaquer est assez osé,
Nous avons boulets, bombes et grenades,
Poudre, mortiers et bons canons.
Je ne crains pas ma destinée
En combattant, belle, pour vous.

Adieu brune, mon soleil !
Un peu d'amitié gardez pour moi.
Je vous prouverai par ma conduite,
Ma constance et ma fidélité,
Que vous n'auriez trouvé de votre vie
Personne qui vous ait autant aimée.

Soyons unis éternellement
Et malgré notre éloignement,
Ne rompons jamais les chaînes
Que les amours nous ont formées.
Plutôt mourir de mille peines
Si du sort c'est la volonté.