D ESBELHE'T BERE DROUMILHOUSE

REVEILLE TOI BELLE DORMEUSE

D esbelhe't bère droumilhouse,
Enten la bouts de toun Janet,
Qui, dessús la brane sabrouse,
Cante lous èrs deu Diu nenet.

Au souns accens, las iroungletes
Junhen lous chuchureya charmans
E de cap au cèu las laudetes
Pujan a bèths petits eslans.

Dejà l'aubete ensafranade
Peu soum deus coustalats lusesh,
E Flòre, au miey de la prade,
Dens l'aygue-arrous se rafresquesh.

Zefir, deu cap de soun alete,
Caresse las charmantes flous,
E de las houns l'aiga clarete
Qu'esbarresh las douces bapous.

Sa-bí dounc lèu, droumilhousete,
Gaudir d'aqueth tablèu tan dous
Si non t'y bedes, pastourete,
Jou que't fretarèy lous ouelhous.

R éveille-toi, belle dormeuse
Entends la voix de ton petit Jean
Qui, sur la savoureuse bruyère,
Chante des airs du Dieu enfant.

A ses accents, les hirondelles
Joignent leurs gazouillements charmants
Et vers le ciel les alouettes
Montent par petits élans.

Déjà l'aube aux teintes de safran
Au sommet des côteaux luit
Et Flore, au milieu de la prairie
Dans l'eau de la rosée se rafraîchit.

Zéphir, du bout de son aile,
Caresse les charmantes fleurs
Et des fontaines l'eau claire
Répand de douces vapeurs.

Viens donc vite, petite dormeuse
Jouir de ce tableau si doux
Si tu n'y vois pas, bergerette
Moi je frotterai tes jolis yeux.


 
JULIEN Alexis
SACAZE Pierrine Gaston