La vallée d'Ossau :              
                 Culture et Mémoire




D IGAS CRUÈLA PASTORA

Digas cruèla pastora,
Digas-me quan m'aimaràs.
Tant i a que mon còr plora,
Jamai non t'atendriràs.

Qu'aimarèi quan plan me vienga :
D'aquò no't cau pas mesclar.
Lo men còr ni la mia lenga
No't deven pas arren dar.

Enqüèra e'm deves l'ahida
Enqüèra e'm deves aimar,
A jo qui de tu, perfida,
Soi l'esclave longtemps a.

Aquò, com non t'at guardavas ?
Lo non te n'èi nat ahar.
Quan a m'aimar t'abusavas,
Si calè miélher avisar.

Atau seràn donc pagadas
Mas penas per ta rigors !
Atau seràn emplegadas
Mas tendres afeccions !

No'm soi pas apercebuda
De tu, ni de ton amor ;
Si pena t'ei coneguda,
Pren-te'n a d'aute qu'a jo.

Tons bèths uelhs, dura bergèra,
Son la causa de mons maus ;
E ton umor tan sevèra
Que trobla tot mon repaus.

Mon umor qu'ei a ma mòda ;
Non te'n cau pas ocupar.
Si ma vista t'encomòda
Bèth tu te'n pòts solajar.

Ajats-ne pitiat, tigressa,
De l'eccès de ma langor !
Insensibla a la tendressa,
Aima'm per compassion.

De tot mon còr je be't planhi
Mes quan serès au trepàs,
Perqué vòs que jo que t'aimi,
Se au men còr non plases pas.

Dis cruelle bergère,
Dis-moi quand tu m'aimeras.
Il y a longtemps que mon cœur pleure,
Jamais tu ne t'attendriras.

J' aimerai quand cela me viendra :
De cela il ne faut pas t'en mêler.
Ni mon cœur ni ma langue
Ne te doivent rien.

Encore tu me dois l'espoir,
Encore tu dois m'aimer,
Moi qui de toi, perfide,
Suis l'esclave depuis longtemps.

Cela, pourquoi ne te le garderais-tu pas,
Moi je n'en ai que faire.
Quand à m'aimer tu t'égarais,
Il fallait être un peu plus avisé.

Ainsi seront donc payées
Mes peines par tes rigueurs !
Ainsi seront employées
Mes tendres affections !

Je ne ma suis pas aperçue
De toi, ni de ton amour ;
Si peine t'est connue,
Prends-t'en à d'autre qu'à moi.

Tes beaux yeux, dure bergère,
Sont la cause de mes maux ;
Et ton humeur si sévère
Trouble tout mon repos.

Mon humeur est à ma guise ;
Il ne faut pas t'en occuper.
Si ma vue t'incommode
Bien tu peux t'en soulager.

Aie pitié, tigresse,
De l'excès de ma langueur !
Insensible à la tendresse,
Aime-moi par compassion.

De tout mon cœur moi je te plains,
Mais même si tu étais au trépas,
Pourquoi veux-tu que je t'aime.
Si à mon cœur tu ne plais pas.


De Mesplès
Chanté par le groupe A Hourcade
Doumecq-Orteig MC - Esquerra M - Fourcade A - Hourcade C - Laure L - Peyre-Lavigne AM / Bergès R - Cauhapé B
Hourcade A - Médou R - Ort J - Ort S - Lavigne M - Peyrusqué D - Soubirou P


Page d'accueil  |  La vallée d'Ossau  |  Plan du site  |  Préparer votre séjour
Chants d'Ossau  |  Danses d'Ossau  |  Littérature  |  Gastronomie  |  En savoir plus...


    www.ossau.org