La vallée d'Ossau :              
                 Culture et Mémoire



H ILHÒTES DE LA-BAISH

Hilhòtas de la-baish
Ça-vietz escotar, si vos platz,
Ua navère cançon
Hèita per un joen aimador.
En d’aqueste endret,
Qui vosauts sabetz
En tota sason,
Que s’i hè l’amor
Hilhas a maridar
Nou v'i deishetz pas trompar !
Pensatz au vòste estat,
Deishatz los aulhèrs de costat.

Un dia en mon pradèu
Soleta a guarda mon batèu
Aquiu n’aparescó,
Nada auta persona que jo.
Pujèi drin mei haut,
A l’ombra du hau.
Aquiu qu’atrapei
Un beròi aulhèr.
Qu’avè los uelhs graciós,
E l’èr d'un charmant amorós
Que’m començà a parlar,
Véder si'm voli maridar.

Que l’espièi tendrament
Dab un èr de contentament
E shens tròp de faiçon,
Qu’entrèm en conversaciou.
Prengom un moment
De contentament
En hant pacajar,
Lo noste bestiar.
Mon Diu lo doç plaser
Despuish lo matin, dinc au ser
D’estar tots dus solets,
A l’ombra d'aceth arbolet.

Arribà l’endedomam
Tots dus que s’i volom tornar.
En d’aqueth aute clòt
S’anèm assèder un aute còp
E despuish ença,
Jo non pots pensar
Qu’aqueth maishant mau,
M’a deishat atau.
E despuish longtemps a
Jo non sèi mei har que plorar
N’auri jamei pensat
De m’amusar dab nat gojat.

Filles de là-bas
Venez écouter, s'il vous plaît,
Une nouvelle chanson
Faite par un jeune amoureux.
En cet endroit
Que vous savez
En toute saison
On y fait l'amour. (1)
Filles à marier
Ne vous y laissez pas tromper !
Pensez à votre état
Laissez les bergers de côté !

Un jour dans mon pré
Seulette à garder mon troupeau
Là m'apparut
Aucune autre personne que moi.
Je montai un peu plus haut
À l'ombre d'un hêtre.
Là je rencontrai
Un joli berger.
Il avait les yeux gracieux
Et l'air d'un charmant amoureux
Il commença à me parler
À voir si je voulais me marier.

Je le regardai tendrement
Avec un air de contentement
Et sans trop de façons
Nous entrâmes en conversation.
Nous primes un moment
De contentement
En faisant pacager
Notre bétail.
Mon Dieu quel doux plaisir
Du matin jusqu'au soir
D'être tous deux seulets
À l'ombre de ce petit arbre.

Le lendemain arriva
Tous deux nous voulûmes recommencer.
Dans cet autre creux
Nous allâmes nous asseoir une autre fois.
Et depuis alors
je ne peux penser
Que ce méchant mal
M'a laissé ainsi.
Et depuis longtemps
Je ne sais que pleurer
Je n'avais jamais pensé
M’amuser avec aucun jeune homme.