La vallée d'Ossau :              
                 Culture et Mémoire



J OENA L'AN MARIDADA
2

Joena l'an maridada (bis)
Non sein sabè vestir. (bis)

Lo dia de sas noças, (bis)
Panada en son jardin. (bis)

Sèt ans la n'an cercada (bis)
Sèt frairs e nau cosins. (bis)

Au cap de la ueitièma (bis)
Botat s'i ei son marit. (bis)

En passant Pampalona (bis)
Rencontra belli frairin (bis)

Si auretz vist ua crestiana (bis)
En aqueste pals ? (bis)

Ôc cèrtas, à praube &ni (bis)
Au castèth sarrasin. » (bis)

Se'n va porta per porta (bis)
A macla de pelegrin. (bis)

Va demandar raumaina (bis)
Au castèth sarrasin. (bis)

Si'u ne daretz l'aumaina (bis)
Au praube pelegrin ? (bis)

- Jo vein dari l'aumaina (bis)
Si èri dauna d'acf. (bis)

- Baishatz Estibeta (bis)
Que'n seratz au matin. (bis)

Tot en l'i dant raumeina (bis)
Que hè un gran suspir. (bis)

Si ve'n hè dou raurnaina (bis)
O'm coneishetz a mi ? (bis)

Non me'n hè dem raumeina (bis)
Mes jo que'vs coneishi. (bis)

A la crotz de la cara (bis)
A l'anelet deu dit (bis)

A la borsa cintada (bis)
Semblatz lo men marit. (bis)

Ve'n vieretz Estibeta (bis)
Ve'n vieretz dab mi ? (bis)

Si l'aiga e n'èra seca (bis)
O dab batèu passari. (bis)

Laiga s'ei secada (bis)
Tots dus la passan (bis)

Son fiançat qu'arribava (bis)
Estibeta vienetz dab mi ! (bis)

Laigueta s'ei sarrada (bis)
Que soi dab mon marit. (bis)

Torna'm mon Estibeta (bis)
Traite de pelegrin ! (bis)

Sèt ans la t'èi neurida (bis)
De bon pan, de bon vin. (bis)

Sèt ans la t'èi vestida (bis)
De seda e non de lin. (bis)

Puncèla la te'n mias (bis)
No'n seré au matin. » (bis)

Jeune on l'a mariée
Elle ne savait pas se vêtir.

Le jour de ses noces
Volée dans son jardin.

Sept ans ils l'ont cherchée
Sept frères et neuf cousins.

Au bout de la huitième (année)
S'y est mis son mari.

En passant Pampelune
Rencontre un beau frère (moine)

« Auriez-vous vu une chrétienne
Dans ce pays ?

— Oui certes, ô pauvre homme
Au château sarrazin. »

Il s'en va porte à porte
À la manière d'un pèlerin.

Il va demander l'aumône
Au château sarrazin.

Donneriez-vous l'aumône
Au pauvre pèlerin ?

- Moi, je vous donnerais l'aumône
Si j'étais maîtresse ici.

- Descendez Estibette
Vous le serez au matin.

Tout en lui donnant l'aumône
Elle pousse un grand soupir.

Regrettez-vous l'aumône
Ou me connaissez-vous ?

Je ne regrette pas l'aumône
Mais je vous connais.

À la croix de la figure
Au petit anneau du doigt

À la bourse de la ceinture
Vous semblez mon mari.

Viendriez-vous Estibette
Viendriez-vous avec moi ?

Si le ruisseau était à sec
Ou avec un bateau je passerais.

L'eau s'est séchée
Tous deux la passent.

Son fiancé arrivait :
Estibette venez avec moi !

L'eau s'est retirée
Je suis avec mon mari.

Rends-moi mon Estibette
Traître de pèlerin !

Sept ans je te l'ai nourrie
De bon pain, de bon vin.

Sept ans je te l'ai vêtue
De soie et non de lin.

Pucelle tu te l'emmènes
Elle ne le serait pas demain matin.