La vallée d'Ossau :              
                 Culture et Mémoire




L' ESBATOSA LAUDETA

L'esbatosa laudeta
Abans l'esgit deu só,
En saludant l'aubeta,
Gorgueja son amor.
Jo'm desvelhi quan era,
Non mensh gaujós
I en orbint la perpera,
Que'm vei urós.

Si vola a la pastura
Que'm va dab lo parion.
Que'us a dit la Natura
Qu'a dus tot ei plus bon.
Atau se m'aparia,
E tan plan sèi
Quant dab la tota mia
Vau çò qui hèi.

La medisha tusqueta,
Arcada en cèu de lheit,
Que'us serveish de cocheta,
Tan lèu qui nueit.
Quim s'i hèn caloreta
Jo'm dau rason :
Auprès de Timareta
Tant me'n hèi jo.

La laudeta emplegada
A sons suenhs amorós
Au miei de sa nidada
Tròba mila doçors.
En espiant quin gavida
Sons auserons,
Cada mair tròp aisida
Prenga leçons.

L'alouette folâtre
Avant le lever du soleil,
En saluant l'aurore
Gazouille son amour.
Je m'éveille en même temps qu'elle,
Non moins joyeux
Et en ouvrant les paupières,
Je me vois heureux.

Si elle vole à la pâture
Elle va avec son compagnon.
La Nature leur a dit
Qu'à deux tout est meilleur.
De même il m'échoit,
Et je sais bien
Combien avec la toute mienne
Vaut ce que je fais.

La même touffe,
Arquée en ciel de lit,
Leur sert de couchette,
Si tôt qu'il fait nuit.
Comment ils s'y réchauffent,
Je m'en donne raison :
Auprès de Timarette
J'en fais autant.

L'alouette employée
À ses soins amoureux
Au milieu de sa nichée
Trouve mille douceurs.
En regardant comme elle même
Ses oisillons,
Que chaque mère trop aisée
Prenne leçons.