La vallée d'Ossau :              
                 Culture et Mémoire




L' OURS DOMINIQUE
Dédiade au cassadou Loustau

Au bèth soum de l'Estibère
Bibè un certén Pertusaà,
Qui shens esta gran paysaà
Hazè toutu boune chère,
Car la bacque e lou moutou
L'adoubaben lo bouilhou.

Counégut de loungue date
Dé touts lous grans cassadous,
Loungtemps peu Cap-Loung d'Ayous
Qu'abè tribailhat sa pate ;
Pertout qu'ère en gran renoum,
Dominique qu'abè noum.

Or, sus dounc, voici l'histouère
Déquét féroce animau,
Qui nou sabou dé Loustau
Houeje la balle murtrière ;
Jou qué crey qu'abè pintat
Qouan estou ta plà troumpat.

Qués passejabe tranquile
Peus Moundeils y Magnabat,
Per Bius y Peyrejéttat,
Pertout qu'abè doumicile ;
A'Spagne qu'abè tabé
Quauqués rentes, drin de bé.

Mey lou praube Dominique
Sus eth qué countabe trop
Si s'abè gouardat l'esclop
Qouan bachabe d'ue pique,
Nou aurem bist seu grabassa
Oùn s'anabe refugea.

U sé dounc que sourtibe
Plaà dispausat tà soupa ;
Qu'anabe tau cujala,
I per hazart, nou sentibe
Que darré d'u grand caillau
Que s'ère poustat Loustau.

Lou cassadou dap grand calmé
Quillat qu'eu bédou tout drét,
Balsa, ha l'arricounquét,
Meu pla ségu dé soun arme,
Au ségoun cop l'escadou
Tout just darré deu tessou.

Labéts l'ours dap grand'furie
Déhens deu bosc qué cadou,
I loung-temps pernabattou ;
Qu'es mourribe qouan lou die,
Car qu'eu trouben lou mati
Déstournat darré d'u pi.

Adiu praubé Dominique,
Disèn per Aule et per Aas ;
Qu'as abut u court trépas,
Nou tournéras minja mique
Ni tapocq car de moutou ;
B'ey bét countèn lou Pastou!

Quin's régrèts tà bous Sanchette,
Berjé, Jeandot, i Bignau ;
La palme qu'ey tà Loustau,
La poudre dé sa flasquete
Qué l'a da-t lou cop mourtau
Perqué nou hazèt atau.

Dé qu'ère granne bictouère
Lou brut louein qué s'esténou ;
Lou journal qu'eu hé l'aunou
D'en counta dus cop l'histouère
Déquét terrible coumbat
Qui dens Ayou s'ey liurat.

Au sommet de l'Estibère
Vivait un certain flibustier
Qui sans être grand paysan
Faisait cependant bonne chère
Car la vache et le mouton
Agrémentaient son bouillon.

Connu de longue date
Par tous les grands chasseurs
Longtemps par le col long d'Ayous
Il avait travaillé sa patte
Partout il avait grand renom
Dominique était son nom.

Voici donc l'histoire
De ce terrible animal
Qui ne sut de Loustau
Fuir la balle meurtrière
Moi je crois qu'il avait bu
Pour avoir été trompé à ce point.

Il se promenait tranquille
Par Moundeils et Magnabaigt
Par Bious et Peyreget
Partout il avait domicile
En Espagne il avait aussi
Quelques rentes et un peu de bien.

Mais le pauvre Dominique
Etait trop sûr de lui.
"Si tu avais mis tes sabots
Pour descendre du pic
On n'aurait pas vu dans la boue
Où tu allais te réfugier."

Un soir donc il sortait
Bien décidé à souper
Il allait à l'enclos
Mais par hasard il ne sentait pas
Que derrière le grand rocher
S'était posté Loustau.

Le chasseur avec grand calme
Le vit debout devant lui :
" Tu vas devoir faire la cabriole ! "
Mais sûr de son arme
Au second coup il l'atteignit
Juste derrière la nuque.

Alors l'ours en grande furie
Tomba dans le bois
Longtemps il se débattit
Il mourut quand le jour tomba
On le trouva le lendemain matin
Étendu derrière un pin.

" Adieu pauvre Dominique !
Disait-on à Aule et Aas
Tu as eu un court trépas
Tu ne mangeras plus de miques
Ni de viande de mouton
Le berger est bien content."

Quel regret pour Sanchette
Bergès, Jeandot, et Vignau
La palme revient à Loustau
La poudre de sa flasque
Lui a donné le coup mortel
"Pourquoi n'en faisiez-vous autant ?"

Le bruit de cette victoire
S'entendit très loin
Le journal fit l'honneur
De raconter deux fois l'histoire
De ce terrible combat
Qui s'était livré à Ayous.


F De Laborde, de Bielle.

Page d'accueil  |  La vallée d'Ossau  |  Plan du site  |  Préparer votre séjour
Chants d'Ossau  |  Danses d'Ossau  |  Littérature  |  Gastronomie  |  En savoir plus...




Contact

    www.ossau.org