La vallée d'Ossau :              
                 Culture et Mémoire




L A-BAISH DENS LA RIBÈRE

La-baish dens la ribèra (bis)
Que n'i a un prat a dalhar
La vriuleta
Que n'i a un prat a dalhar
La vriulà

N'i auè très joens dalhaires
Que l'an pres a dalhar.

N'i auè très joénas filhas
Que l'an pres a hejar.

La plus joena qui j'èra
Se'n va cercar lo dinnar.

Digatz, digatz, dailhaires
On voletz lo dinnar ?

La-baish en aquera ombreta
A l'ombreta de l'aubar.

Lo plus joenon qui j'èra
Ne'n pòt pas dinnar.

Qu'auetz, qu'auetz, dalhaire ?
Ne'n podetz pas dinnar.

L'amor, l'amor, tan bèla
M'empèisha de dinnar

Là-bas dans la plaine
Il y a un pré à faucher
La violette
Il y a un pré à faucher
La viola.

Il y avait trois jeunes faucheurs
Qui l'on pris à faucher.

Il y avait trois jeunes filles
Qui l'on pris à faner.

Celle qui était la plus jeune
Va chercher la dîner.

Dires, dites, faucheurs
Ou voulez-vous dîner ?

Là-bas, là-bas à cette ombrette
À l'ombrette de l'aubier.

Celui qui était le plus jeunot
Ne peut pas dîner.

Qu'avez-vous, qu'avez-vous faucheur ?
Vous ne pouvez pas dîner.

L'amour, l'amour, si belle
M'empêche de dîner.