La vallée d'Ossau :              
                 Culture et Mémoire



L A BALÉE D'AUSSAU

Nou ja nade countrade au dependen de Pau
Qui sie tan renoumade coum la balée d'Aussau
Ere qu'ey entourade de superbes balous
Lous mes grans de la terre que y passen la sesou.

Entran dens la balée, Loubiè cau saluda
Qu'ey ue cietat couquete, Paris né y pot pas ha.
Soun clouchè granitiqué de quoate tours flanquat
Que porte Etch soul a disé bisque l'antiquitat

Anats, segui la route, betleu que troubarats
Ue petite capère, aqui que'p sinharats.
Espiats a l'aude ribe, que béderats de dret
Ue gleyse haut plaçade, p'indiquara Castet.

En arriban a Bielle, bos que'p démandarats
A qui appartié la terre e lou castet fermat
Mes n'ey pas tout encoère, lebats u drin lou cap
T'apercebe Billères, endret de majestat.

Anats segui la route de cap a Belesten
La mountanhe qu'ey haute, ere que plats toustem
Ana coupa la crouste , sou bord de l'Oasis
Que'y troubarats troeytes, e tabe de bou bi.

Quoan ajats dat l'estrée, a la douce Mariou
Quitats lou bord de l'aygue, ta bede Aste e Biou
Nou j'a nad paysajé qui aje tan de clarou
De loenh semble l'imaje, d'u endret de sénhous.

Chens p'aresta a Gère, passats a Mounplési,
Bisitats l'hipodrome qui'p hè drin réflechi,
Geteu qui n'ey fort proche, couret chens p'aresta
Disé au mouliè que pesque, ta p'en he pla soupa.

E mes loenh qu'aquero, que soun Gètre e Sen Moun
Las lausères d'Arbaque, qu'an abut gran renoum
Mes que ja doun encoère, espiauts l'aude coustat
Lou paysajé que cambie, que semble que rebats.

D'abord bedets Loubie, sa gleyse mes capbach
Biost e Bagès en ligne, soul Listo ey cachat
Be hè plase la bite per aqueyts bous endrets
Touts dies que hen miques, touts que porten berets.

Enfi Laruns qu'arribe, lou chef loc deu cantou
L'animaciou qu'ey grane, lou mounde que j'ey bou
Tout aci qu'ey grandiose, tout qu'ey riche bastit
Nou 'y manque que fourtune, ta ha petit Paris.

D'equiu en Aygues Bounes, be cau garrapete
Passa per las traberses ta mes leu arriba
Passats Poun, Espalungue, ribages tan plasens,
Lechats Aas e Assouste, bastit sue deu pénen.

Enfi j'a Aygues Bounes, endret tan rénoumat
Que j'a ue coline oun l'èr fresc toustem bat
U betch jardi que l'ourne, bad lou kiosque au miey
Ger e mountanhe berde que'u bire lou sourelh.

Passats per Aygues Caudes, per dehens de Hourat
E saludats la Bierje, qui pouré a plaçat
En parcouren la route, espiats, l'aude coustat
Lous tourens que brounechen, per lous garrocs a bach.

Si p'en sendits la force, anats dinqu'a Gabas
Passats par Aygues Caudes, Goust nou bederats pas
Lou pais qu'ey grandiose, qu'ey tout bosc e rouchès
E lou pic deu Mieydie doum ne lou quartiè.

Si p'en sendits las forces, anats dinqu'a Gabas
Pujets enta Poumbie, et tournats per Brousset
Que béderats Aneu, Houratatere e Piet
Heugassa, Aar, Bezou, Cezy, e Peyreget.

L'èr fresc de la mountanhe, hè flouri lous esprits
B'en abem pla la probe ens lous noustes pais
Lous Desmès, lous Lacostes, lou Sacaze Gastou
Bounecaze, lous Portes que m'en dan la résou.

N'ey pas aquiu tout disé, que cau tabe parla
De Luis de Labilette, qui a lou o sabe ha
Plus loenh soun lous d'Artiague, Cardole e Béchat
Lous Baylou, lous Sanchette, u gran tems qu'an bouga.

Après tan de merbelhes, ta goustaus plases
L'anglès que quite Lourdes, ta bade aussalés
Que's hica la culotte, las causses bad lou floc
Lou gilet blanc, la beste, lou beret, lous esclops.

Haut ! Laruns, countunues , ta nou pas récula
A dansa dab la flute, lou bastou a la maa
Que'm pousqui plase encoère, quoan tourni au pais
De parti ta la guerre, que'm da de grans soucis.