La vallée d'Ossau :              
                 Culture et Mémoire



L A BÈRA DOLIVETA

L a bèra Doliveta
Liron la laderà
La bèra Doliveta
Que se vòu maridar.

Borbon l'a tant aimada
Engrossada la s'a.

Quan l'a avuda gròssa
Tà la guèrra se'n va.

Repléga son bagatge
Sinon un ausèth qui j'a.

L'ausètch noeit e jorn canta
De hami e de set qui a.

La bèra Doliveta
Que'u pòrta tà minjar.

Minja, bèth ausèth, minja
Ton meste non j'ei pas.

Ton meste ei tà la guèrra
Non sèi quan tornarà.

Me n'a leishada gròssa
Au bèth mau d'enfans.

Sa mèra l'a audida
Tot açò s'escotà.

Je'u ditz : Sire, bèth Sire,
Ua novel voi contar.

La bèra Doliveta
Grosseta va estar.

Hètz la viéner ma mèra
Jou que la vau tuar.

Los coteths sus la taula
D'argent suberdaurat.

Un patge de son pèra
Avertida que l'a.

Per bèra faussa pòrta
Au jardin la hè entrar.

De un mes a cinc setmanas
Arren que non minjà.

Sinon ua poma doça
Que Diu deu cèu envià.

Tot en minjant la poma
Que vié lo mau d'enfans.

Qu'apèra las vésias
Que l'anèssen aidar.

Disent aquera paraula
Lo Borbon qu'arribà.

Adiu, faussa vilèna
Que m'as beròi trompat.

Lavetz la Doliveta
De heror he l'enfant.

La belle Dolivette
Liron la ladera
La belle Dolivette
Veut se marier.

Bourbon l'a tant aimée
Qu'engrossée il l'a.

Quand il l'eut engrossée
À la guerre il s'en va
.

Il fait ses bagages
Laissant un oiseau qu'il a.

L'oiseau nuit et jour chante
De faim et de soif.

La belle Dolivette
Lui porte à manger.

Mange, bel oiseau, mange
Ton maître n'est pas là.

Ton maître est à la guerre
Je ne sais quand il reviendra.

Il m'a laissée grosse
En plein mal d'enfant.

Sa mère l'a entendue
Tout ceci écouta.

Il lui dit : Sire, beau sire,
Une nouvelle je veux vous conter.

La belle Dolivette
Grossette va être.

Faites la venir ma mère
Je vais la tuer.

Les couteaux sur la table
En argent surdoré.

Un page de son père
L'a avertie.

Par belle porte dérobée
Au jardin l'a fit entrer.

De un mois à cinq semaines
Rien elle ne mangea.

Sinon une pomme douce
Que Dieu du ciel envoya.

Alors qu'elle mangeait la pomme
Survint le mal d'enfant.

Elle appelle les voisines
Qu'elles viennent l'aider.

Alors qu'elle disait ses paroles
Bourbon arriva.

Adieu, fausse vilaine
Tu m'as joliment trompé.

Alors la Dolivette
De frayeur fit l'enfant.