La vallée d'Ossau :              
                 Culture et Mémoire



L AS GUERRES SOUN CRIDADES

Las guerres soun cridades, (bis)
Là-bach, au pèis la mè,
Ladoundène, la doundène,
Là-bach, au pèis la mè,
La doundène, la doundè.

Aussau qu'a gentilòmi,
Très filhetes n'abès.

S'en ba ta la purmere :
Ma filhe, e-y bos alè ?

Nani, nani, moun père,
Ta la guerre n'irè.

S'en ba ta la darrère :
Ma filhe, e-y bos alè ?

Oui-da, oui-da, moun père,
Ta la guerre jou irè ;

Datz me boste cabale,
La qui sab batalhè ;

Balhats-me boste armes,
Las qui tienéts deu Rouè ;

Balhats-me u petit page
Qui sie fidèu à mouè.

Jane la batalhère
Souns souldats qu'arrangè

E la garde aussalese (bis)
Tout qu'en at fricassè,
La doundène, la doundène,
Tout qu'en at fricassè
La doundène, la doundè.

Les guerres sont proclamées,
Là-bas au pays de la mer,
La dondaine, la dondaine,
Là-bas au pays de la mer,
La dondaine, la dondé.

En Ossau il y a un gentilhomme,
Trois fillettes il a.

S'en va (trouver) la première :
Ma fille y veux-tu aller ?

Non, non, mon père,
A la guerre je n'irai (pas).

S'en va (trouver) la dernière
Ma fille y veux-tu y aller ?

Oui, oui, mon père
A la guerre j'irai.

Donnez-moi votre jument ,
Celle qui sait batailler.

Donnez-moi vos armes,
Celles que vous tenez du Roi.

Donnez-moi un petit page
Qui me soit fidèle.

Jeanne la guerrière
Ses soldats à rangés

Et la garde ossaloise
A tout taillé en pièces.
La dondaine, la dondaine,
A tout taillé en pièces
La dondaine, la dondé.