La vallée d'Ossau :              
                 Culture et Mémoire



L AS HILHOTES DE LIBOURNE

Las hilhotes de libourne
De mey bères nou n'y a
Riu piu, piu sus la branquete
De mey bères nou n'y a
Lou merle ba canta.

A quinze ans que soun coum bierges (bis)
Soun coum bierges sus l'auta…
Riu piu, piu sus la branquete
Soun coum bierges sus l'auta
Lou merle ba canta.

A sètze ans qu'ous pren la raùge (bis)
E nou pensen qu'a dansa...

A bint ans la raùge double (bis)
Biste las cau marida...

A trente ans sède y dentèle (bis)
Haut marit que cau paga...

A quarante que soun madures (bis)
Mes nou'n bolen pas esta...

A cinquante lou nas tout rouge (bis)
En seré lhèu de pinta ?

A chichante que tisoquen (bis)
Lou marit que pot bouha...

A septante que cap bachen (bis)
Lou nas que's boute à coula...

A oeytante que oelh biren (bis)
E toupis que s'en ban ha...

Be seré dounc urous l'ômi (bis)
Si n'ère mourt bet temps a...

Les fillettes de Libourne
De plus belles il n'y en a pas
Riu, piu, piu sur la branchette
De plus belles il n'y en a pas
Le merle va chanter.

A quinze ans elles sont comme des vierges
Elles sont comme des vierges sur l'autel
Riu, piu, piu sur la branchette
Elles sont comme des vierges sur l'autel
Le merle va chanter.

A seize ans leur prend la rage
Elles ne pensent qu'à danser...

A vingt ans, la rage double
Vite il faut les marier...

A trente ans, soie et dentelle
Allons, mari il faut payer...

A quarante, elles sont mûres
Mais elles ne veulent pas l'être...

A cinquante, le nez rouge
Serait-ce dû à la boisson ?...

A soixante elles tisonnent
Le mari peut souffler...

A soixante-dix elles baissent de la tête
Le nez se met à couler.

A quatre-vingts elles tournent de l’œil
Et des pots de terre s'en vont faire...

Qu'il serait donc heureux le mari
S'il n'était pas mort depuis longtemps...