La vallée d'Ossau :              
                 Culture et Mémoire



L OU PAYSA

Que soi paisan, rei de la terra !
Que l'arrosi de mas sudors.
La bona terra neuricèra
On, plan com nats, vivem urós.
Quan la laudeta au punt deu dia,
Canta gaujosa hens lo soc,
Jo tanben soi dehens ma via,
Tà tribalhar dinc au sócoc.

Tà jo las planas verdolivas
Qui son pingorladas de flors ;
Tà jo las tucòlas omprivas
Ondradas de mila colors ;
E tanben las honts clarejantas
On l'aiga chorra peus tuteths;
Tà jo las arrius briulejantas,
Los bòscs on cantan los ausèths.

Permor que'n vau per las passadas
Dab los esclòps herrats de claus,
Qu'ei las culòtas podaçadas,
E sovent marchi pèdescauç,
Quauques pegulhans de la vila,
Estaires o minja-quan-n'as,
Que creden segoti'm la bila
En m'aperant lo paisanàs.

Praubòts ! Trimar shens cès ni pausa
Devath la ploja o lo sorelh,
Aquò mon Diu, n'ei pas gran causa,
Jo qu'èi bon braç, bon pè, bon uelh.
Tà la cabessa, enta la dalha,
Ta la pica, tà l'arrestèth,
Trobatz-me mossuròt qui'm valhe
Be s'i haré, beròi cabdèth !

Mes quan vien l'ora de la taula,
A ! No'm hèi pas pregar tanpoc,
Si n'i a qu'an l'apetit aule,
Jo que soi tostemps boharoc
Bona tarrissa de garbura,
Bèra godala, au mensh quan n'i a,
Un trocicòt de mascadura
Dessus un gran quilhon de pan.

Que soi paisan, rei de la terra !
Que l'arrosi de mas sudors.
La bona tèrra neuricèra
On, plan com nats, vivem urôs.
Non dèishi pas sovent ma via,
Que tribalhi dinc au sócoc ;
Mes la laudeta, au punt deu dia,
Ta jo que canta hens lo soc.

Je suis paysan, roi de la terre !
Je l'arrose de mes sueurs.
La bonne terre nourricière
Où, mieux que quiconque, nous vivons heureux.
Quand l'alouette au point du jour,
Chante joyeuse dans le sillon,
Moi aussi je suis dans ma voie,
Pour travailler jusqu'au coucher du soleil..

Pour moi les plaines verdoyantes
Qui sont diaprées de fleurs ;
Pour moi les coteaux ombreux
Ornés de mille couleurs ;
Et aussi les fontaines étincelantes
Où l'eau jaillit par les canaux ;
Pour moi les ruisseaux chuchotants,
Les bois où chantent les oiseaux.

Parce que je vais par les sentiers
Avec les sabots ferrés de clous,
J'ai les culottes rapiécées,
Et souvent je marche pieds nus,
Quelques simplets de la ville,
Rentiers ou crève-la-faim,
Croient me secouer la bile
En m'appelant le « paisanas (le plouc ?)

Pauvrets ! Trimer sans cesse ni repos
Sous la pluie ou le soleil,
Cela mon Dieu, n'est pas grand'chose,
J'ai bon bras, bon pied, bon oeil.
Pour la charrue, pour la faux,
Pour la cognée, pour le râteau,
Trouvez-moi un petit monsieur qui me vaille
ll devrait beaucoup s'y faire, le beau cadet !

Mais quand vient l'heure de la table
Ah! Je ne me fais pas prier non plus,
S'il en est qui ont pauvre appétit,
Moi je suis toujours creux ;
Bonne terrine de garbure,
Beau chabrot, au moins quand il y en a,
Un petit morceau de nourriture
Sur un grand quignon de pain.

Je suis paysan, roi de la terre !
Je l'arrose de mes sueurs.
La bonne terre nourricière
Où, mieux que quiconque, vivons heureux.
Je ne laisse pas souvent ma voie,
Je travaille jusqu'au soleil couchant ;
Mais l'alouette, au point du jour,
Pour moi chante dans le sillon.