La vallée d'Ossau :              
                 Culture et Mémoire




LOU PASTOU MALHUROUS
1

D'auta yense pastouroulette
Qui hou yamey tan amourous !
Et qui pourtan , ingrate Anuette
E hou yamey tà malhurous !

Ah ! la noueyt la mey éstigglade
Qué y a mench dé lugras peu ceù ;
Péndén l'hyber, sus la soustrade
Qué cad mench *dé plumailhs dé neù ;

La brane en flou qu'a mench d'abeilhes ,
Lou bouscatye qu'a mench d'aùztès ;
U camp laùrat mèy chic d'areilhes ,
Et lou Pount-Loung , mench dé troupèts ;

L'aùtonc qu'a mench dé souquettes ,
L'estiù qu'a mench dé ségadous ;
Lou més dé May , mench dé flourettes
Et qué bét bade mench d'amous

Lou Gabe qui descend ta réde ,
Qu'a mench dé gras sus lou sablat,
Qué dé chagris é m'as heyt béde ,
Et qué dé larmes m'as coustat !

D'aussi gentille bergère
Qui fut jamais tant amoureux
Et qui pourtant , ingrate Annette,
Fut jamais aussi malheureux ;

Ah ! la nuit la plus étincelante,
A moins d'étoiles au ciel ;
Pendant l'hiver, sur la fougère,
Il tombe moins de flocons de neige ;

La bruyère en fleur a moins d'abeilles
Le bocage a moins d'oiseaux,
Un champ labouré a moins de sillons ,
Et le Pont-Long (1), moins de troupeaux ;

L'automne a moins de pampres,
L'été a moins de moissonneurs ;
Le mois de mai a moins de fleurs ,
Et voit naître moins d'amours.

Le Gave , qui descend si rapide ,
A moins de grains de sable sur les rives,
Que tu ne m'as causé de chagrins,
Que tu ne m'as fait verser des larmes !