La vallée d'Ossau :              
                 Culture et Mémoire



L O SER L'APRÈS SOPADA

L o ser l'après sopada,
Gran fantesia me pren,
D'anar sonar l'aubada
La on mon còr l'agrada,
Autorn de sa maison. (bis)

La bèra ei adromida,
Non l'enten pas jogar.
Mes sa pastoroleta,
Gualharda e friscoteta
Que'n va la desvelhar. (bis)

Desvelhatz-ve, la bèra,
La bèra qui dromitz.
Escotatz las aubadas
Qui per vos son jogadas
A l'entorn de l'ostau. (bis)

Non hèi pas cas d'aubadas
Ni de'u qui hé jogar.
Que sèrv de préner pena,
De cobà's au serena
D'aimar shens est(er) aimat. (bis)

L e soir, après souper,
Grande fantaisie me prend,
D'aller sonner l'aubade
Là où cela plaît à mon cœur,
Autour de sa maison..

La belle est endormie,
Ne l'entend pas jouer.
Mais sa bergerette,
Gaillarde et toute fraîche
Va la réveiller

Réveillez-vous, la belle,
La belle qui dormez.
Écoutez les aubades
Qui pour vous sont jouées
Autour de la maison.

Je me moque des aubades
Et de celui qui fait jouer.
À quoi sert de prendre peine,
De se coucher tard
D'aimer sans être aimé.