La vallée d'Ossau :              
                 Culture et Mémoire



L OU TRES DE MAY

Lou très de mai, jou t'ei quitat
Charmant cledat (bis)
Shens dise arre a ma mestresse
Deu temps passat
I ere que'n berce plous e larmes
Tau joen souldat.

Nou'n plourès pas las mies amous
Charmante flou (bis)
Car au pais que n'i a bien d’autes
Ta’t counsoula.
E tà pensa a'us de l’armade
Noun n'as que ha.

Las armes jou'm bau préne lèu
Shens nat degrèu. (bis)
Que n’anirèi per las campanhes
Dab lous canous
E tu seràs per las mountanhes
Dab lous pastous.

Bergère bire lous moutous,
De queths arrous. (bis)
Car la gelade n'ei fòrt grane
Qu’es en dangè
E las brumes que l'acoumpanhan
Gran hred que'n hè.

Counsole-t'en la Janetou
De l’aimadou. (bis)
Lous tons parents que'n soun la cause
Deus tos turmens
Counsole-t'en la Jane
Per quauques temps.

Quin jou me n’ei a counsoula
Shens te ploura (bis)
Quoan anirei ta las belhades
T'anar dança
Aqueth soulet qui m'agradabe
Ne'i serà pas.

Le trois mai, je t'ai quitté
Charmant enclos
Sans rien dire à ma maîtresse
Du temps passé.
Et elle verse pleurs et larmes
Pour le jeune soldat.

Ne pleure pas mes amours
Charmante fleur.
Car au pays il y en a bien d'autres
Pour te consoler.
Et pour penser à ceux de l'armée
Tu n'en a que faire.

Les armes je vais prendre bientôt
Sans aucun regret.
J'irai par les campagnes
Avec les canons
Et tu seras dans les montagnes
Avec les bergers.

Bergère, éloigne les moutons
De cette rosée.
Car la gelée y est fort grande
Tu es en danger
Et les brumes l'accompagnent
Grand froid il fait.

Console toi la Janeton
De l'amoureux.
Tes parents sont la cause
De tes tourments.
Console toi la Jeanne
Pour quelques temps.

Comment puis-je me consoler
Sans te pleurer ?
Quand j'irai dans les veillées
Pour danser
Le seul qui me plaisait
N'y sera pas.