La vallée d'Ossau :              
                 Culture et Mémoire



MALUROUSA VITA QUE LA DE PASTOR

Malurosa vita
Que la de pastor !
E mei maladita
Si n'ei aimador !
Jo be n'avi ua
Hens lo men cledat.
Que la n'èi perguda,
Diu ! lo meishant hat !

Que la n'èi cercada
Mata per bruishon,
Que la n'èi trobada
Dab un aute aimador.
Seduda a l'ombreta
Dehens un aute prat,
Atau la drolleta
Que m'avè cambiat.

Cruèla, cruèla !
Perqué m'as quitat ?
Digas, infidèla,
S'as miélher trobat !
Si la mia aulhada
Non valè pas tant
Com la qui as trobada
Dab l'aute galant ?

Jo qu'èri soleta
Hens un forastar.
Non sabi, praubeta,
Quin me retirar...
Qu'el cridat: « Boilèra ! »
Dab tant de splandor,
Que n'èi trigat hèra
De trobar pastor...

Torna'm donc las jòlhas
Que jo t'avi dat
En guardant las aulhas
Darrèr lo cledat !
Las averanhetas
E los esquilhots
Qui jo te'n cracavi
Suu nos deus esclàps!

Puncèus que'us te torni,
Com los m'as balhats ;
Aqueths praubes gatges
Ne'us te m'el botats.
N'aurén lusit hèra
Penuts au ton càth,
Mes non da misèra
Qui da çà qui pot !

Malheureuse vie
Que celle de berger !
Et encore plus maudite
S'il est amoureux !
Moi j'en avais une
Dans mon enclos.
Je l'ai perdue,
Dieu ! quel mauvais sort !.

Je l'ai cherchée
Touffe après buisson,
Je l'ai trouvée
Avec un autre amoureux.
Assise à l'ombrette
Dans un autre pré,
Ainsi la drôlette
Elle m'avait changé.

Cruelle, cruelle !
Pourquoi m'as-tu quitté ?
Dis, infidèle,
Si tu as trouvé mieux !
Si mon troupeau de brebis
Ne valait pas autant
Que celui que tu as trouvé
Avec l'autre galant ?

Moi, j'étais seulette
Dans un fourré.
Je ne savais, pauvrette,
Comment m'en retirer...
J'ai crié: « À l'aide ! »
Avec tant d'ardeur,
Que je n'ai pas beaucoup tardé
À trouver un berger...

Rends-moi donc les bijoux
Que je t'avais donnés
En gardant les brebis
Derrière l'enclos !
Les petites noisettes
Et les noix
Que je te craquais
Sur le nez des sabots!

Neufs je te les rends,
Comme tu me les as donnés;
Ces pauvres gages
Je ne les ai jamais mis.
Ils n'auraient pas brillé beaucoup
Pendus à ton cou,
Mais il ne donne pas de la misère
Celui qui donne ce qu'il peut!