La vallée d'Ossau :              
                 Culture et Mémoire




MOUN DOUS AMIC S'EN BA PARTY

MOUN dous amic s’en ba party,
S'en ba tà La Rouchelle ;
Qué herèy you soulette acy !
Oh ! milice cruelle !
Qué herèy you ? qué’m baü moury
Loueing dé moun cô fidèle.

Beütat, esprit, lou mé pastou
B’en abè d’impourtance ;
Bère talhe et boune fayçou
Quoan sé targabe en danse,
Deüs beryès eth qu’ère la flou,
N’abè pariou en France.

Lou maty qui aü sort cadou,
Eth mé disè : « beroye,
Dé serby lou Rey moun Seignou
B’en aüry la gmn yoye,
Si n’ère la toue doulou
Qui’m hè moury de roye.»

En m’embrassan eth mé digou,
Lous ouelhs tous plés dé larmes :
Soubién-té dé toun serbidou
Qui ba pourta las armes,
Enta merita toun amou.
Diü ! las tristés alarmes !

Lou plus aymable deüs galans
You l’èy pergut, praübette ;
Qué baü passa mouns plus bèts ans
Chens plasés ni amourette.
Adichat flous, adiü ribans,
You demouri soulette.

Lous ciseüs qué l’amic m’a dats
Et la bague daürade,
Dessus moun sé seran plaçats
En aqueste journade,
De mouns plous seran arrousats
Dinque qué sy secade.

Gran Diü qui bedét moun turmén,
Qui counechét ma peine,
Hèt—mé rebedé soulamén
L’oubyèt qui’m encadène ;
Après, s’at beye, prountemén
Hèt moury Matalène.

Mon doux ami va partir,
Il va à La Rochelle;
Que ferai-je seule ici !
Oh ! milice cruelle !
Que ferai-je ? Je vais mourir
«Loin de mon coeur fidèle.

Beauté, esprit, mon pasteur
En avait infiniment ;
Belle taille et bonne façon.
Quand il se pavanait en danse,
Des bergers il était la fleur,
Il n'avait pas son pareil en France.

Le matin où il tomba au sort,
Il me disait : belle,
De servir le Roi mon Seigneur
J'aurais grande joie,
Si ce n'était ta douleur
Qui me fait mourir de désespoir.

En m'embrassant il me dit,
Les yeux tout pleins de larmes :
Souviens-toi de ton serviteur
Qui va porter les armes,
Pour mériter ton amour.
Dieu ! les tristes alarmes !

Le plus aimable des amans
Je l’ai perdu, malheureuse ;
Je vais passer mes plus belles années
Sans plaisirs ni amour.
Adieu fleurs, adieu rubans,
Je demeure seule.

Les ciseaux que l’ami m‘a donnés
Et la bague d'or,
Sur mon sein seront placés
Dans cette journée,
Et de mes pleurs seront arrosés
Jusqu'à ce que j'aie séché de douleur.

Grand Dieu qui voyez mon tourment,
Qui connaissez ma peine,
Faites-moi revoir seulement
L’objet qui m‘enchaîne ;
Ensuite, peu m’importe, promptement
Faites mourir Madeleine.


DESPOURRINS

Page d'accueil  |  La vallée d'Ossau  |  Plan du site  |  Préparer votre séjour
Chants d'Ossau  |  Danses d'Ossau  |  Littérature  |  Gastronomie  |  En savoir plus...


    www.ossau.org