La vallée d'Ossau :              
                 Culture et Mémoire



MOUN DIU QUINE TRISTESSE

Moun diu quine tristesse (Bis)
Qui ja oey dens Aussau (Bis)

De bede la joenesse (Bis)
A quita lou cabau. (Bis)

Tout ribans e dentelles, (Bis)
Tout raubes e chapèus (Bis)

Moussus e damiselles (Bis)
Deu bes que hen bourreus. (Bis)

Oun soun aqueres danses (Bis)
Deus tambouris floucats ?(Bis)

Mountats sus las barriques, (Bis)
Pourtaben gran esclat (Bis)

Oun soun aqueres danses (Bis)
Aus chants tan ayrejants (Bis)

Qu'aben la countre danse (Bis)
E lous chants deus briacs. (Bis)

Si lous anciens tourneben, (Bis)
Lous de oey he bint ans (Bis)

Diseren be s'acaben (Bis)
Lous noustes remplaçants. (Bis)

Mes crede men hilhotes (Bis)
Sera la perditiou (Bis)

De la bile mestresse (Bis)
D'aqueste cantou. (Bis)

Lous qui'n an heyt la cante, (Bis)
Soun dus garçous coum cau (Bis)

Guillaume e Jean s'apèren, (Bis)
Baduts soun au Bournau.(Bis)

Mon Dieu quelle tristesse
Il y a aujourd’hui en Ossau

De voir la jeunesse
Quitter le troupeau.

Tous on des rubans et dentelles
Tous des robes et chapeaux

Messieurs et demoiselles
Des biens en font des bourreaux.

Où sont ces danses
Menées par des tambourins enrubannés ?

Montés sur des barriques
Portaient grand éclat. (les ménétriers)

Où sont ces danses
Aux chants sautillants.

Nous avons la contredanse
Et les chants des hommes soûls.

Si les anciens revenaient
Ceux d'il y a vingt ans

Ils diraient ils s'achèvent
Nos successeurs.

Mais croyez-m'en jeunes filles
Vous serez la perdition

De la ville maîtresse
De ce beau canton.

Ceux qui on fait cette chanson
Sont deux garçons comme il faut

Guillaume et Jean ils se nomment
Ils sont nés au Bourg-neuf.