La vallée d'Ossau :              
                 Culture et Mémoire




OÜSSE LA BIEN AYMADE
0ÜSSE, la bién aymade,
Tu, deü balou
Bé'n ès la hilhe aynade,
Tu'n ès la flou :
Sus tu l'abou fixade,
Dens soun amou,
Sa prumère pensade
L'array deü sou,
Coum sus sa fiançade
L'aymadou sou.

Per tu, bén de Sarrance,
Ni bén d'Esquiut,
D'Espagne ni dé France,
Nou't hè nad chit.
Tu plà nès arrincouade,
Coum l'oueû nidaü.
Coum üe Sente daürade
En soun buyaü,
Qué dic coum quaüque hade
En soun didaü.

Qui'n a dé pastourettes,
Dé youéns pastous,
Mey géncés, mey limprettes,
Mey amistous;
Capbat las arribères,
Per la sésou,
Anesques dé plus bères
Seü. berd gazou.
Empléan las esquères
D'û mey bèt sou !

Quoan l'aüzet â, l'aübette
Héra piü-piü,
Oüsse, prén ta raübette
Dé flous d'Abriü;
Tà qué lou Réy deü moundé,
L'array gaüyous,
Acaban dé ha foundé,
Nobi, touns plous,
Encouère qué't innoudé
Dé sas ardous.
0USSE, la bien-aimée,
Toi, du vallon
Tu es la fille aînée,
Tu en es la fleur :
Sur toi, dans son amour,
Le rayon du soleil,
Fixa sa première pensée,
Comme l’amant
Sur sa fiancée.
Son amour

A toi, vent de Sarrance
Ni vent d'Esquit,
D‘Espagne ni de France,
Ne disent rien.
Tu es si bien cachée,
Comme l'œuf dans le nid,
Comme une Sainte dorée
Dans sa niche,
Je dis comme quelque fée
Dans son dé.

Qui a des hergerettes,
De jeunes pasteurs,
Plus gentilles, plus proprettes,
Plus gracieux ;
Sur la plaine,
Dans la saison,
Des brebis plus belles
Sur le vert gazon,
Remplissant les clochettes
D'un plus beau son.

Quand l'oiseau à l'aube
Fera piü-piü,
Ousse, prends ta robe
De fleurs d'Avril ;
Pour que le Roi du monde,
Le joyeux soleil,
Achevant de fondre,
Jeune mariée, tes pleurs,
Encore t'innonde
De ses ardeurs.