La vallée d'Ossau :              
                 Culture et Mémoire




BIOÜS-ARTIGUE !


Plané, ségut tout près d'Espagne,
Endrèt tan endoustat, au pè de la mountagne ;
Hounilh, tout courounat, dé rouchers y d'abéts,
Dé rioüs tout arroudat, dé roses y muguéts.
Loc dé tranquillitat, silenciouse nature
Oun escape lou temps, coum hè l'ayguétte pure.
Aquioü, coum bet gigan, lou pic ahourcadat,
Coum û pétit terré qué houre Magnabat;
Pic deü ceü tout bési, pausat sus la frontière,
En face qué pareich la brumouse Estibère,
Carcade dé garrocs, d'arragues y d'ujous,
Désert soul fréquentat deü sarris y deüs ous.
Autour, Bioùs qué flureich, y soun herbette prouse
Qué semble bet casaü, aü pè dé Bat-Leytouse.
Peyraget, lous Moundeils, dap las peines d'Ayous,
A d'aquet tableü, qué presten lûrs coulous.
Bioüs-Artigue plané, oun soul, exempt de peines
L'hommi qué pot pensa, en countemplan las pénnes.
Obres deù grand oubrè ! superbés monuments !
Oun Dieü paüsa lou dit ? quouan enjendra lou temps.

Aquioü jou que m'en baü. Ma petite cabane,
Ta jou, ta mouns amics, Dieü merces qu'ey prou grane.
Socrate, qu'abè dit, hère temps abants jou :
« Que taüs amics plaà francs, nou caü grano maysou. »
Oh ! qui counéchéré aquére douce bite,
Qu'abéré lou dési dé débiéné hermite ;
Hermite, nou pas coum lou qui ey à Bétharram,
Qui minje lous cheys més, y droum mieytat de l'an.
Bioüs-Artigue, bantat, bisitat d'ab gran presse,
Per touts lous curious, per toute la noublesse,
Touns abèts, touns rouchers, touns gazous, touns arrieüs,
Semblen û Paradis, d'inco aü plane dé Bioüs.
Qu'ey sustout en juillet, quouan arribe la toque,
Qu'ey plazé d'escouta, lou tauré qu'esmarroque,
Séguit d'û bataillou dé baques y betets,
Dé cabales, pouris, dé mules, dé muléts.
Lous Pastous aganits, partits dé grand'matiade
Peü brut dé lûrs grans trucs, sounen lûr arribade ;
Séguits dé lûrs fiers caàs, carquats de lûrs utis,
Hen réténi lous bosc dé sieüléts y dé crits.
Lous us ta Magnabach, lous aüts ta l'Estibère
Ban coueille dap gaüyou, l'herbette printanière.
Bioüs-Artigue, baü mey ta jou penden l'estioü,
Qué castets y palays, qouan séran bets, mourbiou.


puce    Sources
  • F.De LABORDE, Pouésies Béarnéses, Typographie de E Vignancour, 1851
  • Photos, Bnf


Page d'accueil  |  La vallée d'Ossau  |  Plan du site  |  Préparer votre séjour
Chants d'Ossau  |  Danses d'Ossau  |  Littérature  |  Gastronomie  |  En savoir plus...


    www.ossau.org