La vallée d'Ossau :              
                 Culture et Mémoire




LA CIGALE ET LARROUMIGUE
Fable imitade de Lafountaine.

Sus l'û deüs arbes de la Plante ,
Ue Cigale fainèante,
Duran l'estiu, dab sa cansou,
Eschourdabe tout lou cantou.

Penden aquet tems l'Arroumigue,
Plus saye et deü tribail amigue,
Dab lous pès, las dents et lous dits,
Aban que lou maü-tems arribe ;
Hasè soun osque, coum oun dits,
Et s'amassabe de que bibe :
Saben pla que tout ço qui biu,
Que minye l'hyber coum l'estiü

Ataü nou resoune û aüyami,
Tabé, l'insten d'après, la hami,
Coum lou tems drîn s'ère enredit,
Que la hé descende en taü nid.

Qu'ey trouba ? Bet nou-arré : doulente,
Et coum credet, âle penente,
Pren soun partit, sort, et déyà
Truque au loutgis de l'arroumigue:
Qui'ey aquiü ? You bou'n prègui, amigue,
Oubrit. Que demandat ? Que ya ?
Sis' pot, quaüqu'arré ta minya.
Et dès qué la sésou nabère
Biéra, hidat-p'à you, coumère
Qu'ep paguerey, fé d'animaü,
L'intérest dab lou capitaü.

L'arroumigue qu'ey bèt drin chiche,
Taüs aüts coum t'a d'ere médiche :
Et qu'abet heyt l'estiü passat ?
Seii dits, dab û trufec arride.
Ço qui ey heyt ? Certes qu'ey cantat.
Cantat ! fort bien ; qu'en souy rabide :
Are dounc que poudet dansa ;
Et qu'ep serbira de minya.

La praübe cigale, counfuse,
Que s'en tourna, diü sap, camuse.
Mey d'û baiirien, mey d'û pénail,
Qu'es pot bede en aquet mirail.

Sur l'un des arbres de la Plante
Une Cigale fainéante,
Durant l'été, par ses chansons,
Etourdissait les environs.

Pendant ce temps la fourmi,
Plus sage et du travail amie,
Avec les pieds, les dents et les doigts,
Avant que le mauvais temps arrive,
Faisait sa provision, comme on dit,
Et ramassait de quoi vivre ;
Sachant bien que tout ce qui respire
Mange l'hiver comme l'été.

Ainsi ne résonne pas une bête ;
Aussi l'instant d'après la faim,
Le temps s'étant un peu refroidi
La fit descendre du nid.

Qu'y trouva-t-elle ? Rien du tout : dolente,
Et comme vous pensez, l'aile pendante,
Prenant son parti, elle sort, et déjà
Frappe au logis de la fourmi :
Qui est là ? Moi, je vous prie, moi amie,
Ouvrez. Que demandez-vous ? Qu'ya-t-il ?
Si cela se peut, quelque chose pour manger,
Et dès que la saison nouvelle
Viendra, fiez-vous à moi, commère,
Je vous paierai, foi d'animal,
L'intérêt et le capital.

La fourmie est un peu chiche
Pour les autres comme pour elle-même.
Et qu'avez-vous fait l'été passé ?
Lui dit-elle, d'un air moqueur.
Ce que j'ai fait ? Certes, j'ai chanté !
Chanté ! C'est bien, j'en suis ravie ;
Maintenant vous pouvez danser,
Cela vous servira de manger.

La pauvre Cigale confuse
Se retira, dieu sait, camuse.
Plus d'un vaurien, d'un paresseux
Peut se voir dans ce miroir.


HOURCASTRÉMÉ..

Page d'accueil  |  La vallée d'Ossau  |  Plan du site  |  Préparer votre séjour
Chants d'Ossau  |  Danses d'Ossau  |  Littérature  |  Gastronomie  |  En savoir plus...




Contact

    www.ossau.org