La vallée d'Ossau :              
                 Culture et Mémoire



QUAN JOU ÈRI FILHE A MARIDÈ

Quan jou èri filha a maridè (bis)
Moun Diü b'èri galante
Ailas !
Moun Diü b'èri galante

Hasi bouquets taüs aimadous (bis)
De girofléjas blancas

Qu'üs estacabi aü bounet (bis)
Aü beth miei de la dança

Sa mai que n'èra aü frinestrou (bis)
Que n'espiaba la dança

Ça-biet aci la Margoutou (bis)
Que caü ana tà l'aiga

L'aigueta n'ei pas tròp luenh, (bis)
Bathleü seras tournada

Taü coum éro e'n ba ta la houn (bis)
Soun amic la i démoura

Eth que l'a présa en l'embraçant (bis)
Sus l'herba l'a paüsada

Ailas ! Adiu ! Moun dous amic (bis)
Que dirèi a'us de casa ?

Que'us diseràs, la Margotoun, (bis)
Que l'aiga s'èra troublada.

Bèra tu que'us diseràs (bis)
Qu'èras ensegassada

Bèra espiüléta peü pè (bis)
E l'aüde per la cama

E ua aüda drin mei haüt (bis)
Moun Diü ! Quina agergada !

Quand j'étais fille à marier
Mon Dieu, que j'étais aimable
Hélas !
Mon Dieu que j'étais aimable.

Je faisais des bouquets pour les amoureux
De giroflées blanches.

Je leur attachai au béret
Au beau milieu de la danse.

Sa mère était à la fenêtre
Elle regardait la danse.

Venez-ici, la Margoton
Il faut aller chercher de l'eau.

L'eau n'est pas trop loin
Tu seras vite revenue.

Comme elle s'en va à la fontaine
Son ami l'y attend.

Il l'a prise en l'embrassant
Sur l'herbe l'a déposée.

Hélas ! Adieu ! Mon doux ami,
Que dirais-je à mes parents ?

Tu leur diras, La Margoton,
Que l'eau s'était troublée.

Belle tu leur diras
Que tu étais prise dans les ronces

Une belle petite épine au pied
Et une autre à la jambe.

Encore une autre un peu plus haut.
Mon Dieu ! Quelle giclée !