La vallée d'Ossau :              
                 Culture et Mémoire



QUAN ÈRI JOEN PASTOU

Quan èri joen pastor
Los plasers qui aví jo !
Qu'aimavi ua bruneta
Leishavi los motons
Tà l'anar véder a d'era.

Quan ei auprès de jo
L'aufreshi dus potons
En cuelhent l'anhereta
Hasen l'arricoquet
Capvath de las ombretas.

Quan era ei luenh de jo
Cau canti ua cançon
E la haut suu tucaire
Janeta pareishè
Janeta hèita en l'aire.

Tots dus shens díser arren
Prenèm noste plaser.
Quan tot d'un còp un dia
Lo lop sortí deu bòi
Dab ua gran furia.

Janeta s'escapà
Capvath deu cujala.
E jo com un mainatge
Leishèi lo lop aulhèr,
Corroi cap au vilatge.

Tots los autes pastors
De jo qu'éran gelòs.
Disèn per lo vilatge
Que tà har un bon aulhèr
N'aví pas gran coratge.

Quand j'étais jeune berger
Les plaisirs que j'avais !
J'aimais une brunette
J'abandonnais les moutons
Pour aller la voir.

Quand elle est auprès de moi
Je lui offre deux baisers
En allant chercher l'agnelette
Nous faisons la cabriole
Sous les ombrettes.

Quand elle est loin de moi
Je lui chante une chanson
Et là haut dans les cimes
Jeannette apparaissait
Jeannette dans les airs.

Tous deux sans rien dire
Prenions notre plaisir.
Quand tout d'un coup un jour
Le loup sortit du bois
Dans une grande furie.

Jeannette s'échappa
À travers le parc à brebis.
Et moi comme un enfant
Je laissais le loup berger.
Je courus vers le village.

Tous les autres bergers
De moi étaient jaloux.
Ils disaient dans le village
Que pour faire un bon berger
Je n'avais pas grand courage.