La vallée d'Ossau :              
                 Culture et Mémoire



QUE SOY BADUT HENS LA
MOUNTANHO

Que soy badut hens la mountanho
Au soum dou casson
Qu'ey heyt moun nid
Gauyous maynat, douço coumpanho
Débat moun teyt, bounur qu'arrid (bis)
E quan u cop d'alo,
Hens l'azur m'enlhèbo
Débat jou, lou mounde ey petit
E d'amou, moun cô se suslhèbo
Urous, urous, que jéti lou mé crit

Moun pays, moun dous pays
Toustem, toustem que t'aymérey
Moun pays, moun dous pays
Nou jamey toun bel cèu nou quitarey

Dehens lous arbres dou bet bouscatje
Deu mati au sé poudem canta
Arré nou troubto nouste ramage
L'aulhè soulet pod escouta (bis)
Au sourelh qui's lhèbo,
Siulan touts amasso
La cansou dou printems tournat
Chens souci, lou dio que passa
Lou bosc, lou bosc que semblo encantat

Quan l'aulhè dab sas aulhétos
Tout douçamen rentro au cujala
La noeyt esten sus las bestiétos
Soun capuchou d'or e de laa (bis)
E la flou saubatje,
Tout près de l'ayguéto
Chens brut se baro e s'assoupech
E pertout près de moun auséréto
Tout dous, tout dous,
Moun cant me réquérech :

Je suis né dans la montagne
Au sommet d'un chêne
J'ai fait mon nid.
Joyeux enfant, douce compagne,
Sous mon toit bonheur sourit,
Et quand un coup d'aile
Dans l'azur m'enlève,
Sous moi le monde est petit,
Et d'amour mon cœur se soulève.
Heureux, heureux, je jette mon cri !

Mon pays, mon doux pays,
Toujours, toujours, t'aimerai,
Mon pays mon doux pays
Non jamais ton beau ciel, ne quitterai.

Dans les arbres du vert bocage,
Du matin au soir nous pouvons chanter.
Rien ne trouble notre ramage,
Le berger seul peut écouter.
Au soleil qui se lève
Nous sifflons tous ensemble
La chanson du printemps revenu.
Sans souci, le jour passe,
Le bois, le bois semble enchanté.

Quand le berger avec ses brebis
Tout doucement rentre à l'enclos,
La nuit étend sur les bêtes
Son capuchon d'or et de laine,
Et la fleur sauvage
Tout près de l'eau
Sans bruit se ferme et s'assoupit.
Et partout près de mon oiselle
Tout doucement tout doucement
Mon chant me requiert :