La vallée d'Ossau :              
                 Culture et Mémoire



QUIN T'EN BA L'AULHADE AULHÈR

Quin te'n va l'aulhada, aulhèr ? (bis)
Quin te'n va l'aulhada ?
Beth que'm va l'aulhada, jè ! (bis)
Bath que'm va l'aulhada !

Qu'a passai capsûs Bagès (bis)
Terra desirada.
Lo matin son a l'ombrer,
Lo vrèspe a la solana*.

Lavetz que hèn los aulhèrs ? (bis)
— Dromir dens la cabana.
Pensam a har Io miuçat (bis)
Après la Ihevada.

Puish quan èm arregolats (bis)
Batem la calhada.
De çà qui èm drin fatigats, (bis)
Drin luenh qu'ei l'aigueta.

Mes, cèrtas, n'èm pas trop talats (bis)
Quan bevem leiteta.
Çà qui'ns da plan de chagrin, (bis)
Las crabas mancavan.

Tanpàc n'auram, au matin, (bis)
Lèit qui desiràvam.
En passant a l'arrèr-plan
S'i son esvarjadas.

Los carboèrs de Lavedan (bis)
Las an espartadas.
Bèth que'm va l'aulhada, jè !
Bèth que'm va l'aulhada!(bis)

Comment va ton troupeau, berger ?
Comment va ton troupeau ?
Bien va mon troupeau, oui!
Bien va mon troupeau !

ll est passé au-dessus de Bagès
Terre désirée.
Le matin les bêtes sont à l'ombre,
L'après-midi à l'ubac.

Alors que font les bergers?
Dormir dans la cabane.
Nous pensons à faire le laitage
Après le réveil.

Puis quand nous sommes rassasiés
Nous battons le caillé.
Ce qui nous fatigue un peu,
C'est que l'eau est un peu loin.

Mais, certes, nous ne sommes pas trop lésés
Quand nous buvons du lait.
Ce qui nous donne bien du chagrin,
Les chèvres manquaient.

Aussi nous n'aurons pas, au matin,
Le lait que nous désirions.
En passant à l'arrière du plateau
Elles se sont effrayées.

Les charbonniers du Lavedan
Les ont dispersées.
Bien va mon troupeau, oui!
Bien va mon troupeau !