La vallée d'Ossau :              
                 Culture et Mémoire



LOU REY DEUS CANTADOUS

Quoan lou printemps embaüme la nature
Cade mati abans lou sou lhébat
Boy dens lou bosc aü miey de la berdure
Dap quin plasé houri l’herbe deü prat.
Deü roussinhou la bouts horte e chéride
Plats aü mé cô coum u councer deü ceü
Cante toustem moun âmne qu’ey rabide (bis)
Béroy cantur as poü de jou dilheü (bis)

Nou’m cranhes pas qu’aymi la soulitude
Deche'me réba en escoutan ta bouts
De’m bédé açi n’ey pas toun habitude
Aüprès de tu jou que soy tan urous.
D’u malhurous ranime l’espérence
Car dinco-ci jou n’ey bebut que plous
Tu soul que pots calma drin ma soufrence (bis)
Beroy chantur encoère ue cançou (bis)

Nou quites pas ta saübatje démoure
L’homi machan dilheü te tuaré
Qu’es libre açi, en bile toun fray ploure
A si poudè, biste que tournéré
Aü miey deü bosc la libertat qu’ey bère
Fier e urous que pots canta toustem
Cante drin mey, que séra la darère (bis)
Beroy cantur que’m renderas countent. (bis)

Quand le printemps embaume la nature
Chaque matin, avant le lever du soleil,
Je vais dans le bois, au milieu de la verdure,
Avec quel plaisir je foule l'herbe du pré.
Du rossignol la voix forte et chérie
Plaît à mon cœur comme un concert du ciel.
Chante toujours, mon âme est ravie,
Joli chanteur, tu as peur de moi peut-être ?

Ne me crains pas, j'aime la solitude
Laisse-moi rêver en écoutant ta voix.
De me voir ici, ce n'est pas ton habitude,
Auprès de toi, je suis si heureux ;
D'un malheureux, ranime l'espérance
Car jusqu'ici, je n'ai bu que des pleurs.
Toi seul peux calmer ma souffrance,
Joli chanteur, encore une chanson ! (bis)

Ne quitte pas ta sauvage
L'homme méchant te tuerait, peut-être
Tu es libre ici, en ville ton frère pleure
Ah s'il pouvait, vite il reviendrait !
Au milieu du bois, la liberté est belle
Fier et heureux. tu peux chanter toujours
Chante un peu plus ce sera la dernière
Joli chanteur, tu me rendras content.