La vallée d'Ossau :              
                 Culture et Mémoire



TRISTE EI LO CÈU

Triste ei lo cèu, trista ei la tèrra.
Qu'ei triste dinc au hons deu còr.
Autorn de jo tot qu'ei helèra.
Perqué ei tot trista com aquò ?
Qu'ei triste dinc au hons de còr.

On va l'ausèth, on va l'abelha ?
On va la lèbe deu branar ?
On va lo vent quan se desvelha ?
Mes jo non sèi per on anar
Totun florit qu'ei lo branar.

Que vien lo temps de primavèra
Abriu que tornarà doman.
Jo qu'ei au còr dolor navèra.
Arrens, ailàs, no'm vòu aimar.
Arrens, ailàs, no'm vòu aimar.

Triste est le ciel, triste est la terre.
Tout est triste jusqu'au fond du cœur.
Autour de moi tout est désolation.
Pourquoi est-ce triste comme cela ?
C'est triste jusqu'au fond du cœur.

Où va l'oiseau, où va l'abeille ?
Où va le lièvre de la bruyère ?
Où va le vent quand il se réveille ?
Mais moi je ne sais par où aller
Bien que la bruyère soit fleurie.

Vient le temps du printemps :
Avril reviendra demain.
Moi j'ai au cœur douleur nouvelle.
Personne, hélas, ne veut m'aimer.
Personne, hélas, ne veut m'aimer.