La vallée d'Ossau :              
                 Culture et Mémoire




U N BERGÈ DE MOUN BILAGE

Un berger de mon vilatge
Ua bergèra que n'avè.
Que l'envié tau verd bocatge
Quan eth non pat estar aulher.
Quan tocaras capsits Congas
Vira-las plan de l'arrés
Vira-las plan de las ombras
E crida si veds lo top.

La bergèra fatigada
S'ei cochada suu pradèu,
Que se n't i assomelhada
Près d'un gentilhet pastorat'.
Plan beroi que l'a alolada,
L'a quitada shens adiu.
Quan ers e s'ei desvelhada,
Que's tràba esborrat lo hiu.

Un moment tota encantada,
Que s'espiè de tot costat,
E que plorè com ua mainada,
Dits ailés qu'ei trop vertad.
Qu'a hèit mes la prauba d'era,
Non hé que diser la gent.
Insensiblement gusmèra
E lo hiu qeu va creishent.

Las hilhotas qui sont bèras
Qu'en trOban cent aimadors,
Menu las qui sont cruèlas,
Qu'an dus ruila adoradors.
Non ei atau la bergereta
Soleta en son cujalar.
Un dia en estant sujets,
Un bruishalon l'a picà.

Bruishalon perqué tu volas
Lo dia quan hé calor ?
Perqué mes leu non tablas
A debath deu bèth gauron
O no't cochas sus la brans
Au sorelh tomant la rea.
Leisha'm sols hens la cabana,
Lèusha'm sofa au molheder.

Barbolet qui m'as picada,
B'ès tu hèra emposoerut.
Perqué mes leu nom deishavas
Soleta dens mon cledat ?
Papa que'm sap rigorosa
Qu'ei hou si sap mon chegrin.
Si Mama me ved plorosa
Autanleu que'n pot morir.

Un berger de mon village
Avait une bergère
Il l'envoie au vert bocage
Quand lui ne peu plus faire berger.
Quand tu feras pacager vers le haut de la Congues
Préserve-les bien de la rosée,
Évite leur les ombrages
Et cris si tu vois le loup.

La bergère fatiguée
S'est couchée sur le pré.
Elle s'est endormie
Prés d'un gentil pastoureau.
Gentiment il l'a câlinée
Il la quittée sans adieu.
Quand elle s'est réveillée,
Elle se retrouve avec le fil emmêlé.

Un moment sous le charme,
Elle se regarde de tous côtés.
Elle pleure comme une enfant,
Disant hélas ce n'est que trop vrai.
Qu' a-t-elle fait pauvre d'elle,
Ne font que dire les gens.
Insensiblement grossissante
Et le fil va croissant.

Les filles qui sont jolies
Trouvent cent amants ,
Même celles qui sont cruelles,
En ont deux mile.
Elle n'est point ainsi, la bergerette,
Seulette dans sa bergerie.
Un jour qu'elle était seule,
Un frelon la piqua.

Frelon pourquoi voles-tu
Le jour quand il fait chaud ?
Pourquoi plutôt ne t'endors-tu pas
Sous le joli rhododendron
Ou ne te couches-tu pas sur la bruyère
Tournant le dos au soleil ?
Laisse-moi seule dans la cabane ,
Laisse-moi seule à l'aire de traite.

Frelon qui m'as piquée
Que tu es empoisonné.
Pourquoi plutôt ne me laissais-tu pas
Seulette en ma bergerie.
Papa sait que je suis sérieuse,
Il devient furieux s'il connaît mon chagrin.
Si Maman me voit pleureuse,
Aussitôt elle peut en mourir.


Pierrine Gaston-Sacaze

Page d'accueil  |  La vallée d'Ossau  |  Plan du site  |  Préparer votre séjour
Chants d'Ossau  |  Danses d'Ossau  |  Littérature  |  Gastronomie  |  En savoir plus...




Contact

    www.ossau.org