La vallée d'Ossau :              
                 Culture et Mémoire




Église Saint Pierre de Laruns


       Des lieux célèbres en vallée d'Ossau


naugurée en 1899, elle a remplacé un édifice plus ancien du XVI ème siècle dont on peut imaginer la finesse et la beauté par le portail qui en est resté mais qui orne aujourd'hui la façade du château de Castet-Gélos, près de Louvie Juzon, sur le chemin qui monte à l'église de cette localité. Ce portail, en marbre du pays, est surtout remarquable par les élégants rinceaux de feuillage et les pilastres à rosaces qui encadrent les moulures de son arc en anse de panier et de ses piédroits à petites bases polygonales.
    Plusieurs vestiges anciens subsistent dans l'église refaite, à gauche en entrant, le Bénitier qui est classé depuis 1907, et au fond du chœur les deux cloches (classées en 1906)


    Le Bénitier a conservé des motifs de la sculture romane, bien qu'il s'agisse en réalité d'un travail de l'extrême fin du Moyen âge : il s'agit du plus remarquable des Bénitiers béarnais et certainement l'un des plus beaux de France. Il s'agit d'une vasque en marbre blanc sur un piédestal circulaire ; cette œuvre qui n'a pas moins d'un mètre de de diamètre, est ornée, extérieurement sur une moitié de la surface d'entrelacs et de l'inscription en caractères gothiques JHS, le tout d'une facture excellente; mais c'est à l'intérieur que se trouvent les plus beaux motifs sculptés : un centaure tirant à l'arc (sagittaire), une sirène élevant d'une main un énorme poisson, et de l'autre sa grosse queue; deux autres poissons dont une truite, l'un au fond de la vasque, l'autre sur le rebord complètent cette décoration en fort relief, d'une technique et d'une conversation remarquables. Quoique les entrelacs soient de facture romane, les mêmes se retrouvent sur le portail de l'église d'Assouste datant du XIIeme siècle avec l'inscription J.H.S (Jésus Sauveur des Hommes), en caractères gothiques, fait penser à un remaniement à la fin du Moyen-Age.
     Ce bénitier servit probablement de font baptismaux. Les sculptures où domine le poisson truite du pays et la silhouette d'un dauphin au fond de la vasque désignent le Christ. Les premiers chrétiens avaient remarqué, en effet, que chaque lettre qui compose en grec le mot poisson (ICHTHUS) résume cette profession de foi : Ièsous CHristos THéou Uios Sôter jésus fils de Dieu, notre sauveur.

    Quand à la sirène qui tient un poisson et le sagittaire tirant à l'arc, ils pourraient symboliser le triomphe du Christ submergeant dans les eaux du baptême le monde des faux dieux que les anciens imaginaient répandus dans l'eau, l'air et la terre... L'ouvrage est en marbre blanc de Louvie-Soubiron, marbre que les connaisseurs n'hésitent pas à comparer à celui de Carrare.

cloche

    Les deux cloches. (classées en 1906) la plus ancienne est datée de 1465 (sous le règne de Louis XI en France, et de Gaston XI en Béarn). Elle porte en caractères gothiques des formules de prières contre les fléaux, extraites de l'office de Ste barbe : C'était la cloche des tocsins. L'autre est datée de 1610 époque de la fin tragique du règne d'Henri IV. Elle sonnait à la gloire de St Pierre, patron de la paroisse, dont elle porte l'invocation latine : Sancte Petre Ora Pro Nobis (St Pierre prie pour nous)



Page d'accueil  |  La vallée d'Ossau  |  Plan du site  |  Préparer votre séjour
Chants d'Ossau  |  Danses d'Ossau  |  Littérature  |  Gastronomie  |  En savoir plus...




Contact

    www.ossau.org