La vallée d'Ossau :              
                    Culture, et Mémoire.




LA CASSE DEÜ REY ARTUS

Lou rey Artus qu'ey partit ta la casse,
Més lou curé que l'a dit : Praübe rey,
Que pots cassa dab touts lous cas de race,
Pendens mile ans, chens préne arré jamey.
Que t'es truffat de jou, de la parouesse
Quoan eri prèst à disé Libera,
Et qu'es sourtit à galops dé la messe
En entenen lou tou Flambeü laïra.

Lou rey Artus qu'ey bèt tros loueign adare ;
N'a pas jamey aymat nat capéra.
Soüs coustalats que cante la fanfare,
Tayaut ! tayaut ! la lebe es lhébéra ?
Soun chibaü blanc qu'esperreme la terre ;
Lous cassadous cerquen de touts coustats,
Siülan, cridan, han u brut de tounerre
Et hourucan taillis, sègues, barats.
Aü deban d'eths la mute qu'es tourneye
Liupan bèt drin : Tambour que hourateye,
Finaut que sen, mes qu'ey bieilh ; Timbalou,
Cagan pertout, arré nou hè de bou.
Decap aüs plats, eth que trobe la quèste
Mes sus lou nas quins bets cops de bastou,
Lou cousinè quin lou brosse la bèste !
Nou remudet ; acy qu'ey ! moun Flambeu,
Chens dise arré, que court la carratère,
Y d'u soul crit qui puye dinquou ceü
Qu'ep hè lheba la lèbe... quin ey bère
Que diseren la rée d'u bétet !
Decap aü bosc quin a dat l'abourride !
Bé crey perdiü, que s'estire la pet ;
De l'as bira la guse qu'a l'ahide.

Lou rey Artus qu'ey partit à chibaü,
Anem hilhots, si dits, courré que caü.
Coum u démoun en galoupan que tute,
Aü deban d'eths s'en ba toute la mute.
Abet jamey entenut lou sabat,
A mieye-noueit, deus sourciès lou hourbari
Quoan lou demoun dab sa hemne s'esbat ;
Abet jamey heit caüque calhabari,
Abet jamey cridat, brounit, siulat,
Abet en l'air embiat nat pétarrat ?
Tout aquet brut, creguat, per hort qu'estousse,
Aüpres deu qui hasen lous càs d'Artus
N'ère qu'u chit y sou de flûte douce...
Ma lèbe, aü cu qu'et ban tusta la pus
Si nou t'y hès ! Arpente doun, ma chère,
Aü houec déja qu'an metut la padère,
Lous galipaüts qu'an sentit toun cibet.
Cent de preguats toustem qu'en mien mile

D'aüts, per hasard, que passen à l'endret
Tap demanda si souffrit de la bile,
Ou s'abét pla droumit seü coustat dret.
Anem, anem, madame cousinère,
Noup fachet pas ; tuat mey-leu dus gats,
Lèbes et gats, si crey, qu'es semblen hère
Et qu'en n'y a prou t'ans'é ha quoate plats.

Tan qui poudè la lèbe qu'arpentabe,
Pourtan de près, Flambeü que la toucabe
Quoan tout d'u cop nou bét pas mey arré.
Per oun a dat ? qui diable at sabéré ?
Aüs alentours nou ya pas nade reilhe,
Tusque tapoc ; nat tros de brucheri
Peu miey deüs camps, qu'ey cadude la houeilhe
Despuch loun-temps ; en l'air la bederi
S'abè boulat, mes oun abè las plumes
Ta poude ana s'ayassa hens las brumes ?
Au gran jamey, si dits tout bouharoc
Lou rey Artus, qu'ey doun ensourcierade
De s'esliupa chens mey pareche enloc,
Aü-diu-biban, quine barre panade !
Lou capéra qu'abéré dounc résou,
Y countre you qu'a heit quaüque prière !
Curé moun mic, qu'ey bos ha countre you !
Per lou tou mus, curé que risques hère.


O rey Artus, qu'es pergut dé ségu,
Si deüs curés attrapes la coulère.
Praübe segnou, quin pots parla ta lè !
A Lucifer bèn ha mey leü la guerre
Ou, ço qui baü autan, à ta mouilhe,
Qu'ey gagneras pélats et péchies hère,
Chens disé tout, més bé saps quin sé hè
N'insultes pas aü mench lou tou cure ;
Labets Flambeü qué s'ep met à layra.
Lous aüts dab eth coumencen la gnaülère
Lou rey Artus decap nou hè qu' saüt :
Bé sabi plà, Flambeu qué la troubère ;
Ta d'eth jamey nou y aura nat défaüt
Que credet bous lheü qu'ère lou lebraüt.
Nani moussu, qu'ère ue mousque blue,
Qui tourneyabe aü mus deüs cas troumpats
Et qui à touts é dabe la berlue.
Que la seguin à trubès plèchs et prats,
Tailhis espés, caberques, coustalats,
Tout en braman lous hoüs que trabersaben.
Nou courrèn pas labets, mey que boulaben,
Aü darré d'eths lous cassadous qu'anaben,
Lou rey Artus arneguan et juran :
Qu'es parech qu'ouéi que soy lou Juif-Erran ;
Au diu biban aqueste qu'ey nabère ;
Qui sab si lheü jamey s'arresteram !
Caüqu labets digou : Que bédéram.
Qui dits aco de sa bouts truffandère ?
Arrés nat sab, qu'ey l'arreboum dilheü,
Lou briu qui court per débat la heüguère,
Ou caüque guehüs dehens la castagnère.
Aüyamis hort que y a débat lou ceü,
Et l'u ou l'aüt à tout moumen debise.
Artus que dits : Que deü esta la bise,
Haüt, en aban, et nou s'estanguen pas !


Que soun partits y que courrin encouère.
Mile Nadaüs pourtan que soun passats,
Que s'ey pléeat mey d'u clot de marlère,
Que s'ey coupat despuch mey d'u tarras,
Mey d'u qu'abou mey d'ue haroulère,
Lous qui partin toutu nou tournen pas.
Et lous courbachs attenden lur biengude,
Négres labets, adare que soun gris.
Aü bieilh castet la yeyre qu'ey badude,
N'ey soun pas mey qu'aragnes et souris.
Seü pourtalè lou luserp qu'es passeye.
Chens cragne mey que la bienguen bruqua,
Hens lous barats la graülhe qu'es prouseye
Et lous paysàs que la lechen canta.
Que bieneren acy ha si tournaben
Lous qui partin despuch ta loun-temps a ?
Que soun touts mourts, lous qui eths aymaben,
Qu'eüs baléra doun mieilhe de cassa.

Tayaut ! tayaut ! cassadous hèt ahute,
Qu'at abet dit, nous caü pas estangua.
Tayaut ! Tambour, Flambeü, toute la mute !
Tu Timbalou, desbroumbet de cagua !
Que hasse die ou noueit ou cla de lue ;
Lou rey Artus qu'ey en casse toustem,
Que perseguech ataü la mousque blue
Sus terre, aü ceü, pertout. Quoan entenem,
A l'Angelus, lous moustis ha gnaülère
Per lous arrius, hens lous grans cassourras,
Qu'ey rey Artus qui passe et qu'eüs apère.
O praübe rey loun-temps que tutéras !
Deü houns deüs boscs lous bieilhs loups,
Touts ahamiats en sentin soun chibaü.
Moutous, oülhès, esbaryats que s'escounin ;
Lou mey fier dits : Diu birat me dé mau !
A l'entertan, lou courtetye que passe.
Dus mile càs que hourren touts amasse ;
A coustat d'eths qu'en ban lous lou-garous
Y lous sourciés, las brouches aü peü rous,
Acabalats sus grans manyes d'escoube.
Que y ey tabé Arcencam de Bournos,
Lou qui deü diable é pouncha drin lous os,
Quoan aü sabat culhebabe en estros.
Soun toumbaroü, qui hè boula la proube ;
Qu'at coupe tout de saüts et biroulets.
Ahouailh deü diable, hup ! quin tri nou hen eths !
Que diseren qu'ey l'aygue desbourdade,
Arrousegan cailhaüs et piteraüs ;
Deü ben d'iber que semble la bouhade,
Quoan en braman hè crouchi lous couraüs
Bieilhs de cent ans, ou lou brut d'ue armade,
Qui passe aü loueign dab canous et chibaüs.
Mey chic à chic qu'es perd lou tintamarre
Coum u bouhét d'homi quis ba mouri,
Et l'arreboum de la grane fanfare
Nou dits pas mey que bet drin de réfri.
Et la gran noueit aü louegn que ten sas tèles,
Sus lous teïts cat lou seré droumilhous,
La lue aü ceü que s'abance tout dous
Et que lusech aü miey de las estèles.


Aüta loun-temps lou mounde durera,
Aüta loun-temps Artus que cassera.
Le Roi Artus est parti pour la chasse,
Mais le Curé lui a dit : Pauvre Roi,
Tu peux chasser avec tous les chiens de race,
Pendant mille ans, sans prendre rien jamais ;
Tu t'es moqué de moi, de la paroisse,
Quand j'étais prêt à dire libéra.
Et tu es sorti, à galop de la messe
En entendant ton Flambeau aboyer.

Le Roi Artus est bien loin maintenant ;
Il n'a jamais aimé aucun curé.
Sur les coteaux il chante la fanfare,
Taïaut ! Taïaut ! le lièvre va se lever.
Son cheval blanc éparpille la terre ;
Les chasseurs cherchent de tous côtés,
Ils sifflent, crient, font un bruit de tonnerre
Et traversent taillis, haies et fossés.
Au devant d'eux la meute tourne de tous côtés,
En poussant des cris : Tambour perce partout,
Finaut sent, mais il est vieux ; Timbalou,
Foire partout, et ne fait rien de bon.
Auprès des plats il trouve bien la quête
Mais sur le nez à grand coup de bâton,
Le cuisinier lui brosse bien la veste !
Ne remuez pas ; il est ici ! mon Flambeau,
Sans rien dire il court à perdre haleine,
Et d'un seul cri qui monte jusqu'au ciel,
Il fait lever le lièvre. Comme il est beau !
On dirait qu'il a les reins d'un veau !
Vers la forêt il a pris son élan !
Je crois, parbleu, qu'il étire bien la peau ;
De se sauver le gueux a l'espérance.

Le Roi Artus est parti à cheval :
Allons, amis, leur dit-il, il faut courir.
Comme un démon en galopant il donne du cor,
Au devant de lui s'élance toute la meute.
Avez-vous jamais entendu le sabbat,
A minuit, des sorciers le bruit,
Quand le démon avec sa femme s'ébat,
Avez-vous jamais entendu un charivari,
Avez-vous jamais entendu crier, hurler, siffler,
Avez-vous en l'air envoyé quelque pétarade !
Tout ce bruit, croyez-le, pour si fort qu'il fut,
Auprès de celui que faisaient les chiens d'Artus
N'étaient qu'un chit ou son d'une flutte douce.
Mon lièvre, au derrière on va te tâter la puce
Si tu ne t'y fais ! arpente donc mon cher,
Au feu déjà l'on a mis la poêle ;
Les affamés ont senti ton civet.
Cent invités en amènent plus de mille,

D'autres, par hasard, qui passent par l'endroit
Vous demandent si vous souffrez de la bile,
Ou si vous avez bien dormi sur le côté droit.
Allons, allons, madame la cuisinière,
Ne vous fâchez pas ; tuez plutôt deux chats.
Lièvres et chats, je crois, se ressemblent,
Et il y en a assez pour nous faire quatre plats.

Tant qu'il pouvait le lièvre arpentait,
Pourtant de près, Flambeau le suivait,
Quand tout à coup il ne voit plus rien.
Par où a-t-il passé ! qui diable peut le savoir !
Aux alentours il n'y a aucun fossé,
Ni souche non plus ; aucun champ de froment ;
Dans la campagne la feuille est tombée
Depuis longtemps ; en l'air je le verrais
S'il s'était envolé ; mais où avait-il les plumes
Pour pouvoir aller se coucher au milieu des nuages.
Au grand jamais, s'écrie tout honteux
Le Roi Artus ; il est donc ensorcelé
De s'envoler s'en paraître nulle part ;
Au dieu vivant, quelle barre volée !
Le curé aurait donc raison,
Et contre moi il a fait quelque prière.
Curé, mon ami, tu veux y faire contre moi !
Par ta face, Curé, tu risques beaucoup.


O Roi Artus, tu es perdu, c'est bien sûr,
Si des Curés tu encours la colère,
Pauvre seigneur, comment peux-tu parler si mal !
A Lucifer va faire plutôt la guerre,
Ou, ce qui vaut autant, à ta femme,
Tu y gagneras des pinces et des pelées,
Sans dire tout, mais tu sais comment cela se fait,
N'insulte pas au moins ton curé ;
Alors Flambeau se met à aboyer,
Les autres avec lui commencent la criaillerie.
Le Roi Artus s'élançant vers lui ne fait qu'un saut :
Je savais bien que Flambeau le trouverait ;
Avec lui jamais il n'y aura de défaut.
Vous croyez, vous, que c'était le levraut,
Non pas, monsieur, c'était une mouche bleue,
Qui tournait devant le museau des chiens trompés,
Et qui donnait à tous la berlue
Ils la suivent à travers haies et prés ;
Taillis épais, fondrières et coteaux ;
Tout en hurlant les fous traversaient tout.
Ils ne couraient pas alors, mais ils volaient ;
Après eux les chasseurs arrivaient.
Le Roi Artus jurant et maugréant :
Il paraît qu'aujourd'hui je suis le Juif-errant,
Au dieu vivant, la chose est nouvelle ;
Qui sait si jamais nous nous arrêterons.
Quelqu'un dit alors : Nous verrons.
Qui dit cela de sa voix moqueuse ?
Personne ne le sait, c'est l'écho peut-être
Le murmure qui court à travers la fougère,
Ou quelque hibou dedans la châtaigneraie.
Il y a force animaux sous le ciel
Et l'un ou l'autre à tout moment babille.
Artus dit : Ce doit être la bise,
Allons, en avant, et ne nous arrêtons pas !


Ils sont partis et ils courent encore.
Mille Noëls pourtant se sont passés ;
Il s'est rempli plus d'un creux de marnière ;
Il s'est coupé depuis plus d'une cruche,
Plus d'un eut plus d'une folle ;
Ceux qui partirent néanmoins ne revinrent pas,
Et les corbeaux attendent leur arrivée ;
Noirs alors, maintenant ils sont gris.
Au vieux château le lierre a poussé ;
Il n'y a plus qu'araignées et souris ;
Sur le portail le lézard se promène...
Sans craindre plus qu'on le vienne inquiéter,
Dans les fossés la grenouille s'amuse
Et les paysans la laissent chanter.
Que viendraient faire ici s'ils revenaient
Ceux qui partirent depuis si longtemps !
Ils sont tous morts tous ceux qu'ils aimaient ;
Il leur vaut donc mieux de chasser.

Taïaut ! Taïaut! chasseurs courez,
Vous l'avez dit, il ne faut pas s'arrêter.
Taïaut ! Tambour ! Flambeau ! toute la meute !
Toi Timbalou, oublie de foirer !
Qu'il fasse jour ou nuit ou clair de lune,
Le Roi Artus est en chasse toujours ;
Il poursuit toujours la mouche bleue
Sur terre, au ciel, partout. Quand on entend,
A l’Angélus, des chiens la criaillerie
A travers les ruisseaux, dans les grandes forêts,
C'est le Roi Artus qui passe et les appelle.
O ! pauvre Roi longtemps tu sonneras !
Du fond des bois les vieux loups,
Tous affamés en sentant son cheval.
Moutons et bergers effrayés se cachent ;
Le plus hardi dit : Dieu, préservez-nous de mal !
Pendant ce temps, le cortège passe ;
Deux mille chiens hurlent tous ensemble ;
A côté d'eux marchent les loups-garous
Et les sorciers, les sorcières au poil roux,
A cheval sur des manches de balais.
On y voit aussi Arcencam de Bournos,
Celui qui du diable pinça les os,
Quand au sabbat il sautait en maladroit.
Son tombereau fait lever la poussière ;
Il coupe tout de sauts et de gambades !
Foule du diable, hup ! quel train ils font !
On dirait que c'est l'eau débordée
Entraînant cailloux et poutres ;
Du vent d'hiver on dirait la tempête ;
Quand en soufflant il fait briser les chênes ;
Vieux de cent ans, ou le bruit d'une armée
Qui passe au loin avec canons et chevaux.
Mais peu à peu se perd le tintamarre
Comme le souffle d'un homme qui va mourir,
Et le fracas de la grande fanfare
Ne dit plus rien qu'un léger refrain.
Et la grande nuit au loin qui tend ses toiles,
Sur les toits tombe le serein endormeur,
La lune au ciel s'avance doucement
Et luit au milieu des étoiles.


Aussi longtemps que le monde durera,
Aussi longtemps Artus chassera.

   Sources

  • ALEXIS PEYRET,


Page d'accueil  |  La vallée d'Ossau  |  Plan du site  |  Préparer votre séjour
Chants d'Ossau  |  Danses d'Ossau  |  Littérature  |  Gastronomie  |  En savoir plus...





Contact

www.ossau.org